N.Schlumberger sur la voie d'une procédure de sauvegarde

Social

Partager


Le fabriquant de machines textiles de Guebwiller (Haut-Rhin) a demandé le bénéfice d'une procédure de sauvegarde auprès de la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Colmar. Inspirée du fameux « chapitre 11 » américain, cette nouvelle modalité du droit des faillites s'applique depuis le 1er janvier aux entreprises qui connaissent des difficultés sans être pour autant en cessation de paiement. Elle permet à l'équipe de direction de suspendre pour une période de six mois le paiement des dettes en contrepartie d'un plan de sauvegarde élaboré avec les actionnaires, les fournisseurs, les banquiers et les salariés.

« N.Schlumberger n'est pas en état de cessation de paiement » mais ce risque « ne serait pas à exclure » si « les financements mis en place venaient à lui faire défaut », explique l'entreprise dans un communiqué. La direction donnera mercredi au comité d'entreprise les détails de la nouvelle restructuration annoncée en décembre. Elle devrait entraîner la suppression de 125 à 140 postes sur 400 à Guebwiller.

Spécialiste du traitement des fibres longues, N.Schlumberger SAS a vu son chiffre d'affaires divisé par deux depuis 1998 pour atteindre 40 millions d'euros. La direction explique cette évolution par la disparition d'une partie de ses clients, par la surcapacité mondiale et la concurrence des pièces d'occasion ou contrefaites. En revanche, ni la fonderie, ni les autres filiales du groupe NSC (Nicolas Schlumberger et Cie) qui produisent des machines d'emballage ou pour le non-tissé ne sont concernées par la procédure de sauvegarde.

De notre correspondant en Alsace, Gilbert Reilhac

Partager

NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    N.SCHLUMBERGER
ARTICLES LES PLUS LUS