Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

MWC 2013 :  Ericsson allié à SAP pour l’internet des objets

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

L’équipementier Suédois Ericsson et l’éditeur Allemand SAP veulent simplifier la mise en place d’applications machine-to-machine dans le cloud. Un pari difficile à tenir face aux craintes des entreprises en matière de cybersécurité.

MWC 2013 : Ericsson allié à SAP pour l’internet des objets © Windsordi - Flick - C.C.

Après avoir participé à connecter les humains via les réseaux télécoms, Ericsson ambitionne de contribuer à connecter les dizaines de milliards de machines dans le monde. C’est le sens du partenariat que l’équipementier télécoms suédois a noué avec l’éditeur allemand de logiciels d’entreprise SAP, qui dispose d’applications de gestion de données temps réel. L’accord a été annoncé à l’ouverture du World Mobile Congress, l’évènement phare des communications mobiles, qui se déroule à Barcelone (Espagne) du 24 au 28 février 2013.

Ericsson va combiner ses solutions de connectivité avec les logiciels de SAP pour bâtir un service de cloud computing permettant aux entreprises de réaliser rapidement, sans investissement préalable, ni développement logiciel, ni travail d’intégration, des applications de communication de machine à machine (Machine-to-Machine ou M2M). Ce service de type SAAS (Software as a service) s’appuiera sur l’infrastructure cloud de type IAAS (Infrastructure as a service) des opérateurs télécoms qui seront chargés de sa commercialisation.

Ruée vers l’or

Le potentiel des applications M2M fait fantasmer depuis longtemps fournisseurs de modules de communications, équipementiers télécoms et opérateurs mobiles. Si la planète compte environ 7 milliards d’humains à connecter, le nombre de machines susceptibles d’être raccordées aux réseaux de communication se chiffre en dizaines, voire en centaines de milliards. Ericsson prévoit 50 milliards d’objets connectés à l’horizon 2020, contre environ 1 milliard aujourd’hui. Télémesure, télésurveillance, télécommande, télémedecine... Les finalités sont nombreuses.

Le marché peine toutefois à décoller, principalement pour deux raisons. La première est la difficulté d’intégration des solutions M2M. L’offre reste fragmentée entre fournisseurs de modules de communications, éditeurs de logiciels d’application et opérateurs télécoms. La deuxième raison réside dans les menaces de cybersécurité liée à la connectivité aux réseaux publics. Un point particulièrement sensible dans l’industrie dont les usines font de plus en plus l’objet de cyberattaques massives.

Problème de cybersécurité

Ericsson estime faire tomber ces obstacles en offrant un service sécurisé, utilisable immédiatement et à la demande comme n’importe quelle autre application informatique dans le cloud. Pour les besoins de réactivité en temps réel, ce service s’appuiera sur SAP HANA (High Analytical Appliance), la nouvelle solution de base de données de SAP fonctionnant sur mémoire vive, et non sur disque dur comme c’est le cas dans les bases de données classiques.

Selon le cabinet d’études ABI Research, le marché M2M pourrait atteindre 198 milliards de dollars en 2018. A condition de rassurer les entreprises sur les problèmes de cybersécurité. Ce que le cloud ne peut pas aujourd’hui faire. Sur ce point, le pari d’Ericsson reste difficile à tenir.

Ridha Loukil

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle