MWC 2012 : Nokia signe un retour en très haute définition

,

Publié le

Le fabricant finlandais de téléphones revient au Mobile World Congress, à Barcelone, avec un catalogue complet. Dans son catalogue, un nouveau Lumia, de nouveaux Asha et un étonnant modèle entre smartphone et appareil photo.

MWC 2012 : Nokia signe un retour en très haute définition © D.R. - Nokia

C'est en courant que Stephen Elop arrive sur scène pour présenter ses nouveaux produits. Une vraie rupture. Le même PDG de Nokia, au Mobile World Congress 2011, récemment nommé à la tête d'une entreprise donnée pour moribonde, était raide et un brin austère.

"Un an a passé", comme il le rappelle, depuis l'annonce de l'accord avec Microsoft et de la nouvelle stratégie. Depuis, le Finlandais a annoncé et sorti des produits. Et c'est de nouveau pour annoncer des mobiles qu'il participe au Mobile World Congress 2012.

Avec un étonnant modèle 808 PureView sous Symbian Belle équipé d’un capteur photo de 41 megapixels. De quoi zoomer sans perdre de qualité, après avoir pris une photo, et sans zoom optique. Une nouvelle prouesse des laboratoires du Finlandais.

Le design de ce 808 PureView est volontairement semblable à celui d'un appareil photo, plus épais qu'un smartphone, et avec un objectif visible. Ce sont les équipes de l'entité imaging du Finlandais qui l'ont peaufiné durant cinq longues années.

Ils se sont inspirés des techniques utilisées par l'imagerie par satellite, et les ont adaptées à une puce de smartphone. Ils ont également travaillé avec le japonais Toshiba pour le capteur. Au passage, Nokia démontre ici son implication sur le système Symbian, longtemps restée floue.

Autre développement maison, l'application de lecture de magazines et de sites d'informations made in Nokia Boston. Quand on interroge Jo Harlow sur la très forte similitude avec le Flipboard des iPhone, elle répond en souriant : "C'est plutôt bien ça, non ?"

Asha, pour les pays émergents

En réalité, le logiciel développé par le Finlandais, exclusivement destiné aux mobiles de Nokia, a quelques avantages par rapport à son concurrent américain (uniquement sur iPad et iPhone) : l''intégration des livres et même des audiolivres, par exemple, et l'affichage en page d'accueil du dernier marque page posé par l'utilisateur. Un mix entre Flipboard et iBooks, en somme.

Nokia a aussi présenté trois nouveaux Asha, la gamme destinée aux pays émergents. Parmi eux, le 302 pour les populations désireuses d'avoir un quasi smartphone à un prix attractif. Il dispose d'un grand clavier et accueille par exemple Mail for Exchange pour un accès à distance à un serveur de messagerie Exchange.

Les 95 euros HT et hors subvention du téléphone pourraient intéresser les classes moyennes émergentes. En France, Nokia évoque un prix possible à titre indicatif de 129 euros TTC.

Du côté haut de gamme, Nokia va faire sortir son Lumia 900 4G des USA. Au Canada, par exemple, mais aussi et surtout en Chine, pays pour lequel Nokia, Microsoft et Qualcomm (concepteur de la puce) ont adapté le smartphone à la norme CDMA locale.

Le Lumia sera aussi proposé en France, au second trimestre, à un prix TTC qui pourrait s'approcher de 600 euros. "Chaque catégorie de produit -et de prix- dans notre catalogue reflète l'image que nous voulons donner des mobiles Nokia," rappelle Jo Harlow, vice-présidente exécutive des 'smart devices'.

Ainsi, le tout nouveau Lumia 610 -prix indicatif 250 euros TTC-, entrée de gamme du haut de gamme, est plus courbé et doté d'un contour métallique. Il donne un accès direct aux réseaux sociaux et à la plateforme de jeux Microsoft XBox Live.

La cible : la jeunesse et... La Chine ! Ce modèle est surtout destiné aux hyperactif s des réseaux sociaux qui retrouveront leurs applications préférées en page d'accueil.

Jo Harlow rappelle que sur Windows Phone, si Nokia essaie bien sûr de se différencier de la concurrence, sa priorité est de faire croitre l'écosystème avec son partenaire américain.

Terry Myerson, patron de Windows Phone chez Microsoft,  souligne de son côté que les deux entreprises travaillent en relations étroites, avec des équipes en lien permanent, "depuis le choix des composants jusqu'au développement d'applications, à la sélection de musique ou aux accords avec les opérateurs. Jo (Harlow) et moi, nous nous parlons au moins une fois par semaine." De quoi démontrer la proximité et l'étendue du partenariat entre les deux entreprises, s'il en était encore besoin.

A Barcelone, Emmanuelle Delsol

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte