Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Muses industrielles] Un monde nouveau d'Anne Akrich révèle le désespoir de la startup nation

Christophe Bys ,

Publié le

La romancière Anne Akrich observe les collaborateurs d'une startup modèle. Derrière l'hyper modernité du monde des gagnants, le vernis craque. Un roman original qui vérifie que l'humour (noir) est aussi dans le nouveau monde la politesse du désespoir. 

[Muses industrielles] Un monde nouveau d'Anne Akrich révèle le désespoir de la startup nation

Bienvenue chez #InFutureWeBelieve, une startup parisienne plus vraie que nature, le genre à avoir un responsable du bonheur des salariés, à distribuer des stock options, à être bien de son temps, pratiquant l'économie collaborative et le coworking. Mais au-delà des discours, quelle est la réalité de ce que vivent les salariés, quand bien même, ils sont rebaptisés collaborateurs ?

La DRH ce héros

Derrière la façade, le vernis craque et le portrait des employés de la startup nation par cette jeune romancière révèle une génération qui a le blues, des humains, trop humains, incapables d'être heureux et de faire coïncider leur moi social et leur moi profond. 

Pour se faire, Anne Akrich imagine une people review réalisée par Pandore, la fameuse responsable du bonheur, qui attribue à chacun une évaluation. Les compte-rendus de ces rencontres sont entrecoupés de nouvelles racontant la vie des uns et des autres. "Quand les collaborateurs commencent à citer Sartre ce n'est jamais bon signe", remarque-t-elle.

Le bilan n'est pas glorieux entre dépressions et névroses en toute sorte. Il y avait quelque chose de pourri au royaume de Hamlet ; il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans celui #InFutureWeBelieve. Il y a celui qui fait signer une autorisation avant d'entamer une relation intime, l'autre qui préfère aller serrer des arbres pour retrouver un peu de la réalité du monde.. ou encore cette responsable qui préfère partir en Asie, pour pratiquer la méditation et retrouver ses vrais besoins.

Humour et désespoir

"Moi aussi je suis révolté par l'absurdité de nos existences, par la quantité de nos déchets, par notre âpreté au gain, par les centrales nucléaires, par les incohérences qui nous précipitent vers la fin de notre espèce. Moi aussi j'ai mes moments apocalyptiques. Mais de là à partir au bout du monde et y disparaître !" Ou encore ce jeune homme qui quitte tout pour devenir écrivain... et qui se révèle d'une mesquinerie rarement atteinte. 

"Comment la perspective d'avoir des collègues n'a-t-elle jamais dissuadé quiconque d'avoir un travail ?" s'interroge un des personnages du roman. A la fois désespéré et terriblement drôle, "Un monde nouveau" révèle le talent d'Anne Akrich à dresser des portraits en quelques pages, tout en créant une intrigue. Elle parvient à écrire un roman qui pourrait aussi être un recueil de nouvelles. Sachant que ce  genre littéraire n'est pas très populaire, remercions l'auteure qui réussira peut être à la rendre plus accessible.

 

 

Un monde nouveau, Anne Akrich - Julliard

161 pages, 18 euros 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle