Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Muses industrielles] Un emploi sur mesure, un premier roman tout en mystère

Christophe Bys

Publié le

Roman réaliste ou cauchemar éveillé d'un personnage s'adonnant à des substances pas vraiment licites ? C'est une des questions posées par Un emploi sur mesure, un premier roman qui narre les tribulations d'un vingtenaire des années 90, employé d'une mystérieuse entreprise. Dans ce livre singulier, le jeu littéraire se fait humoristique. Sven Hansen-Love réussit son entrée en littérature. 

[Muses industrielles] Un emploi sur mesure, un premier roman tout en mystère

Raphaël Thiolet arrive à Paris après des études supérieures. Son père vient de mourir et il contacte quelques relations de ce dernier à la recherche d'un emploi. En attendant, ce contemplatif anxieux écoute la  musique de Sibelius et prépare des articles savants sur un mystérieux écrivain polonais, Zaleski, dont la ponctuation créative suscite des interrogations. 

Drôle d'espion 

Seul (ou presque), Raphaël va bientôt découvrir qu'une entreprise cherche à le contacter, puis va l'embaucher. Ce mystérieux employeur le paie pour des missions d'espionnage dont les finalités sont inconnues. Avec ce premier roman, Sven Hansen-Love, réussit à créer une atmosphère d'autant plus étrange que son personnage est ancré dans le monde réel. On est dans les années 90 et tous les détails sont là pour en attester. Le sentiment d'étrangeté naît de l'emploi atypique de son anti-héros.

Car Raphaël n'a rien d'un espion. S'il brille par ses idées, c'est peut-être d'abord parce qu'il veut séduire sa supérieure hiérarchique. Mais Raphaël est aussi un apprenti écrivain qui s'ignore. Ses filatures, ses observations de familles qui semblent des plus banales évoquent le travail de l'auteur qui d'abord observe l'anodin, imagine, ressent et restitue. Sans vouloir écraser un jeune auteur sous le poids d'une référence, on ne peut ne pas penser aux personnages de Kafka en lisant ce premier roman, qui évoque une passion pour un auteur polonais abscons, mais décrit la vie d'un Homme qui semble attendre indéfiniment que quelque chose arrive, qui semble assigné à une place sans trop comprendre le rôle qui est attendu de lui. Et comme l'immense écrivain pragois, Sven Hansen Love fait preuve de beaucoup d'humour. 

Humour britannique

Le roman ne sombre jamais dans l'absurde, malgré les apparences. Il creuse un sillon, fait accepter toutes les idées les plus farfelues, grâce à une construction impeccable et une montée progressive de l'intrigue. L'auteur excelle dans un humour très fin, proche de l'understatement britannique. "Quelle frustration lorsque l'on tient une bonne nouvelle et personne avec qui la partager. L'idéal serait un numéro vert : "Joie Immodérée ? Exprimez-vous au 0800...."

Un emploi sur mesure peut aussi se lire comme une métaphore du destin de l'Homme moderne, Sysiphe sous neuroleptiques, condamné à reproduire des gestes qui seraient insupportables sans l'aide de la pharmacopée moderne, quitte à produire des effets secondaires indésirables. Raphaël est ainsi obsédé par les opossums qu'il croît voir. Mais tout ce récit n'est-il pas le produit d'un homme désoeuvré qui laisse son esprit dériver ? 

Une chose est certaine dans cet univers mouvant et incertain : il y a derrière un écrivain, qui sait écrire des personnages, des dialogues et monter une scène. Arrivé à la dernière page, on est impatient de découvrir le prochain récit de cet auteur prometteur. 

 

Un emploi sur mesure Sven Hansen-Love Seuil 19,50 euros 

On peut aussi voir une fiction audiovisuelle inspirée par le roman ICI

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle