Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Muses industrielles] "Un élément perturbateur", un premier roman moqueur sur le monde de l'entreprise

Christophe Bys

Publié le

Dans son premier roman, Olivier Chantraine dresse le portrait d'un homme qui n'a pas envie de réussir, travaillant dans un univers ultra-concurrentiel. Hypocondriaque et amoureux, il doit faire signer un contrat à des investisseurs japonais. Un peu comme si Gaston Lagaffe était parachuté au pays de Michel Houellebecq. Un premier roman prometteur à l'humour décalé.

[Muses industrielles] Un élément perturbateur, un premier roman moqueur sur le monde de l'entreprise © Gallimard

Avec "un élément perturbateur" Olivier Chantraine fait une joyeuse entrée dans le monde littéraire. Serge Horowitz, le personnage central et narrateur de son premier roman, est un être sans grande ambition. Il vit chez sa soeur, et s'il travaille dans une entreprise, dont l'activité se situe quelque part entre le cabinet d'évasion fiscale et la banque d'affaires, c'est grâce au piston de son frère ministre de l'Economie, sur le point de.. (mais chut c'est une des suprises du livre).

Autant dire que la vie de Serge n'a rien d'exaltant depuis son poste d'analyste. Le portrait ne serait pas complet si on ne signalait son hypocondrie maladive et ses crises d'aphasie. Il a la sale habitude de devenir muet au moment critique, où on lui donne la parole devant des clients ou un ambassadeur. Ou alors il part dans des discours peut-être sincères mais peu diplomatiques. Aussi, quand les dirigeants de sa world company l'emmène au Japon pour participer à la vente d'un fabricant de boissons, on peut s'attendre au pire.. et le pire arrive et au-delà.

Un looser au pays des winners

Le narrateur avait prévenu : "Pendant le meeting, j'ai plus ou moins entendu parler d'un voyage au Japon pour convaincre un très gros client. J'espère que je n'en serai pas. les meilleures semaines sont celles où les pontes du burea sont en déplacement. Comme si enfin le bâtiment se délestait de leur passion du travail, de leurs blagues vulgaires et de leur obsession pour l'argent." Serge Horowitz est une sorte de petit cousin de Gaston Lagaffe, aux allures de personnage houellebecquien, l'aigreur et le fiel en moins.

On s'amuse à lire les mésaventures de cet homme pas vraiment adapté à la culture de la gagne, assez indifférent à ce qui lui arrive, mais doté d'un sens de l'observation des rapports professionnels et d'un grand humour. "Laura est la seule ici à me témoigner de l'affection, peut-être parce qu'elle n'a pas de chien, ni d'enfant à charge" note-t-il.

Car entre deux visites à la pharmacie ou chez le médecin, la grande affaire de Serge est Laura, avec laquelle il noue bien vite une histoire sentimentale. Mais pour cet héros pas comme les autres, décrocher un contrat, auditer une PME provençale, se montrer à la hauteur d'un frère ministre et vivre une histoire d'amour passionnée, c'est un peu beaucoup. Alors, jusqu'où le poussera l'absurdité du monde moderne ?

C'est ce que narre sur près de 300 pages et avec beaucoup d'allant Olivier Chantraine. On s'amuse avec Serge, on s'inquiète aussi pour lui. Et on referme le livre heureux. Les gagnants ne sont pas toujours ceux qu'on croît...

Un élément perturbateur, Olivier Chantraine, Editions Gallimard.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle