Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Muses industrielles] Les désaccordés de Joe Dutnhorne, les bobos d'avant-Brexit

Christophe Bys

Publié le

Troisième roman de l'auteur et premier à être traduit en français, Les désaccordés place d'emblée Joe Dunthorne dans la lignée des grands caricaturistes de leur époque. Il peint comme personne les trentenaires qui peinent à grandir en confrontant son personnage à quelques mésaventures sentimentales et politiques. Un régal !

[Muses industrielles] Les désaccordés de Joe Dutnhorne, les bobos d'avant-Brexit
Devenir propriétaire à Londres c'est mission impossible pour le héros de ce roman à l'humour ultra-décapant
© Pxhere

Vous ne le connaissiez peut-être pas encore, et pourtant vous avez déjà croisé ses frères ou ses cousins dans la vraie vie. Ray Morris est la version britannique de l'homme sans qualité. Un trentenaire moyen et londonien, journaliste pour un site d'information tech, la quintessence du bobo qui aimerait acheter un appartement tout en restant libre, qui veut des enfants mais s'interroge sur son couple et  son désir. En résumé un être immature qui essaie de jouer à l'adulte et qui n'y arrive pas vraiment. Sans oublier ce qu'il faut d'obsessions hygiénistes : Ray est un hypocondriaque et paniquant presque à imaginer les miasmes circulant dans l'atmosphère. On parierait qu'il se déplace avec un flacon de gel antibactérien,  possède une patinette électronique et un smartphone dernier cri. Et ses amis ne valent pas beaucoup mieux. 

" - Tiens, bois un peu de champagne anglais, a dit Michael. Hors de prix et infect.

En effet, le goût m'a paru infect, mais d'une façon particulière, luxueuse, qui me donnait l'impression que la faute en incombait davantage au manque de finesse de mon palais qu'à la qualité du breuvage" 

Sadique hors pair 

Sa vie de doutes et d'introspection narcissique s'écoule plutôt calmement, s'il n'y avait ce projet d'achat d'un appartement dans une banlieue pas terrible (ah ce moment où le principe de réalité vient vous rappeler que vous ne serez jamais celui que vous rêviez d'être) et sa compagne enceinte. Mais comme le romancier Joe Dunthorne est un sadique hors pair, il invente une série d'épreuves qui vont obliger son anti-héros à s'adapter et vite. Entre l'amie qui le drague lors d'une fête et sa présence lors d'un pique-nique plus "buttes-chaumont"-estque (ceux qui savent comprendront) que nature à des émeutes dans son quartier, la vie de ce mister nobody va se retrouver affichée sur des affiches 4 par 3 et sur les réseaux sociaux. Adieu la vie tranquille, bonjour les ennuis, qui - c'est bien connu volent en escadrille.  

On l'aura compris, ce roman brille par son art achevé de la caricature, au sens le plus noble du terme, pas quand on dit c'est caricatural pour signifier que ça manque de finesse. Non c'est caricatural comme le sont les dessins de Daumier, dans cette capacité à repérer le défaut et de l'appuyer juste ce qu'il faut pour provoquer le rire et aussi un peu de tristesse. Car, c'est l'autre grande qualité de ce livre : c'est son ton à la fois désopilant et désabusé. 

Humour britannique version trash

"Je trouvais ça adorable et j'avais hâte que, en vieillissant, elle se dégarnisse suffisamment pour que d'autres nuances se révèlent. Que je ne puisse jamais deviner la forme exacte de son crâne était un des éléments qui allaient garantir la vitalité de notre mariage. Dire que, plus jeune, je croyais que ton crâne ressemblait à une boîte à chaussures pour enfant alors que, aujourd'hui, je prends conscience qu'il ressemble nettement plus à un ballon en plastique dégonflé sur lequel un enfant s'est assis"

Joe Dunthorne est originaire du pays de Galles et c'est peut être pour ça que sa version de l'humour britannique grince un peu plus que le légendaire art de l'understatement. S'il est maître en ironie, il ne craint pas non plus le trash : le récit du  visionnage de vidéos de césariennes sur YouTube est déconseillé aux âmes sensibles. Et nous ne dirons rien de l'accouchement de la compagne du héros. 

En revanche, on notera que Joe Dunthorne n'a que 37 ans, que Les désaccordés est son troisième roman... et qu'on prend les paris qu'on reparlera très vite de lui. A l'heure du Brexit, on ne s'est jamais senti aussi proche de nos voisins du Royaume-Uni. 

 

Les désaccordés, Joe Dunthorne Editions Gallimard 240 pages 20 euros, traduction Simon Baril

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle