Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Muses industrielles] L'hiver du mécontentement de Thomas B. Reverdy ou quand les anglaises tiraient les premières

Christophe Bys ,

Publié le

Avec L'hiver du mécontentement, Thomas B. Reverdy revient sur les années 70 au Royaume-Uni. Tandis que le pays se met en grève, une jeune politicienne conservatrice fourbit ses armes, tandis que l'héroïne Candice s'apprête à incarner Richard III sur scène. 

[Muses industrielles] L'hiver du mécontentement de Thomas B. Reverdy ou quand les anglaises tiraient les premières
Un roman qui retourne à la source de notre monde...
© DR

Candidat malheureux du prix Goncourt, L'hiver du mécontentement de Thomas B. Reverdy reste néanmoins parmi les bonnes surprises de la rentrée littéraire de 2018. L'auteur a, en effet, décidé de raconter l'hiver charnière du Royaume-Uni quand la musique punk triomphait et que Margaret Thatcher prenait la tête du parti conservateur. 

Richard III et Margaret Thatcher

Pour raconter cette histoire qui appartient désormais à l'Histoire, Thomas B. Reverdy suit une jeune anglaise, Candice. Coursière à vélo à mi-temps, elle traverse les blocages routiers, en même temps qu'elle répète Richard III de Shakespeare, dans une compagnie complètement féminine. 

Le roman avance donc en alternant plusieurs fils : les notes et réflexions de la narratrice sur Richard III, le récit de sa vie et celui des événements. La grève gagne peu à peu du terrain, Margaret Thatcher se prépare en coulisses, et si le sang ne coule pas comme chez Shakespeare, la conquête du pouvoir est toujours impitoyable. D'ailleurs, le titre du roman est une citation de la pièce.

Une ville à l'abandon 

On pourra regretter le choix fait par l'auteur d'insérer des sortes de fiches sur la situation économique et sociale du Royaume-Uni, plutôt que de la raconter via ses personnages. La manière qu'il choisit est très tendance mais n'est pas notre tasse de thé, comme on devrait dire à Londres. Le portrait de la capitale britannique à  la fin des années 70 surprend : la ville semble comme à l'abandon, avec des façades noircies et des immeubles décatis. Le Royaume-Uni d'alors fait figure de pays en voie d'appauvrissement.

En lisant ce roman, on réalise à quel point notre monde est l'enfant de ces années-là. Si Constance et Margaret sont les deux héroïnes aux antipodes, on se surprend à voir à quel point le rock est un monde de garçons. A part Marianne Faithfull et son ode aux working class heroes. Les héros sont bien fatigués.

 

L'hiver du mécontentement, Thomas B. Reverdy, Flammarion 

Thomas B. Reverdy tient un blog. on y trouve par exemple ICI des éléments sur la composition de son roman. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle