Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Muses industrielles] “En guerre” de François Bégaudeau, caricature aigre-douce des fermetures d'usine

Simon Chodorge , ,

Publié le

Une histoire d'amour compliquée sur fond de zones industrielles en déclin... Dans ce roman paru en août 2018, François Bégaudeau rejoint les auteurs de la rentrée littéraire qui dissèquent les rapports entre les classes sociales. Un livre plus entraînant qu'il n'en a l'air et qui dresse une caricature attachante d'un pays où l'actualité économique est rythmée par les fermetures d'usines.

[Muses industrielles] “En guerre” de François Bégaudeau, caricature aigre-douce des fermetures d'usine
François Bégaudeau admet s’être inspiré des grèves à l’usine Whirlpool d’Amiens (Nord) pour écrire "En guerre".
© CC Twitter Bruno Roger-Petit

Les grands esprits se rencontrent. Quelques mois après la sortie du film “En Guerre”, récit ultra-réaliste d’un conflit social, François Bégaudeau publie un roman homonyme. Dans ce livre aussi il est question d’une fermeture d’usine. Un événement qui se place au centre d’un triangle amoureux impossible entre un ouvrier licencié paumé, sa compagne inébranlable employée chez Amazon et l’amant, un jeune bobo du centre-ville branché culture et plutôt à gauche.

Le style Bégaudeau ne plaît pas à tout le monde. Pour ses détracteurs, l’ex-enseignant évoque sans doute une tête-à-claque marxiste pour plateaux de télévision. Nous sommes plutôt des autres, ceux qui goûtent avec plaisir le style un peu alambiqué de ce punk devenu écrivain. Roman de la rentrée littéraire 2018, “En guerre” fait partie des livres qui interrogent les rapports entre les classes sociales, de la même manière que “Leurs enfants après eux” de Nicolas Mathieu.

Les usines bringuebalées entre les grands groupes

Décor de petite ville, atmosphère des années Hollande, l’auteur admet s’être inspiré des grèves à l’usine Whirlpool d’Amiens (Nord) en 2017. Ni roman social ni histoire d’amour, “En guerre” dresse un portrait un peu sombre du pays mais toujours de façon attachante. Le livre offre ainsi une compilation très entraînante des motifs de notre époque : les zones industrielles en déclin, les immenses entrepôts d’Amazon, le management absurde, la gauche molle, les suicides de salariés, les patrons convertis en gourous…

Ici, la caricature est salutaire. Les cent premières pages du livre capturent à merveille l’histoire de ces usines bringuebalées entre les grands groupes puis fermées. La séquestration d’une “technicienne en dialogue social” par des syndicalistes est une scène d’anthologie. Bref, un livre à lire pour ceux qui aiment l’odeur des pneus brûlés et les histoires d’amour belles et compliquées.

François Bégaudeau, En Guerre, Verticales, 304 pages, 20 euros.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle