Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

[Muses industrielles] Doggerland, une exploration intime de l’offshore en mer du Nord par Elisabeth Filhol

Aurélie Barbaux , , ,

Publié le

Après la sous-traitance nucléaire et les luttes désespérées contre les fermetures d’usine, l’auteure Elisabeth Filhol a choisi l’offshore pétrolier et éolien en mer du Nord comme sujet de son troisième roman " Doggerland"  (2019).

[Muses industrielles] Doggerland, une exploration intime de l’offshore en mer du Nord par Elisabeth Filhol
L’installation du plus grand parc éolien offshore au monde en toile de fond du roman "Doggerland" d'Elisabeth Filhol.
© DR

Une île est immergée depuis plus de huit mille ans au milieu de la mer du Nord, le Doggerland. C’est le sujet d’étude, et titre, du nouveau roman d’Elisabeth Filhol, à qui l’on doit également une incroyable plongée dans le monde de la sous-traitance nucléaire avec La centrale en 2010, ou encore la lutte désespérée contre une fermeture d’usine dans Bois II, en 2014. Mais c’est plus subtilement encore, plus intimement, que l’auteure explore cette fois un autre univers industriel, celui de l‘offshore pétrolier et éolien en mer du Nord.

Tempête extraordinaire

Ses personnages principaux, Marc et Margaret, ne sont que des vecteurs pour décrire la vie au coeur de cette industrie rythmée par le cours du Brent à la bourse de Londres. L’auteure s’en sert pour imaginer, voire souhaiter, l’improbable mais bénéfique rencontre de deux mondes, celui de l’industrie et de l’archéologie, du pétrole et de l’éolien avec la sismologie, du capitalisme et de l’écologie. C’est à la tempête extraordinaire Xaver de décembre 2013 et à la puissance de la mer du Nord qu’Elisabeth Filhol réserve son écriture la plus intense et la plus belle. 

Anthropocène

En toile de fond, l’anthropocène. Quels risques l’exploitation des hydrocarbures en mer du Nord font-ils courir à la planète ? Si les plateformes pétrolières et gazières alignées le long du rift - un énorme fossé d’effondrement sur 1 000 kilomètres - résistent depuis 40 ans à toutes les tempêtes, l’implantation de la plus grande ferme éolienne offshore au monde sur le Doggerland, qui fait remonter le fond de la mer à 20 mètres au lieu de 100 en moyenne ailleurs, n’aura-t-elle aucun impact sur les hommes et l'environnement ? Elisabeth Filhol pose, subtilement, ces questions.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle