Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Muses industrielles] "Des raisons de se plaindre" de Jeffrey Eugenides revisite le déclin de l'empire américain

Christophe Bys

Publié le

Romancier rare, Jeffrey Eugenides revient avec un recueil de nouvelles qui sont autant d'instantanées des Etats-Unis depuis le milieu des années 90 au siècle dernier. Ou comme le dit joliment l'auteur, une visite dans "l'agréable absurdité de l'Amérique". 

[Muses industrielles] Des raisons de se plaindre de Jeffrey Eugenides revisite le déclin de l'empire américain © Loving earth - Flickr - C.C.

Le très grand écrivain américain Jeffrey Eugenides, celui à qui l'on doit "Virgin Suicides", "Middlesex" et "Le roman de mariage", est de retour avec un recueil de nouvelles publiées depuis le milieu des années 1990. Genre américain s'il en est, on était curieux de savoir comment s'en sortirait un des maîtres du roman roboratif. L'examen est réussi, même si chacun préfèrera certains textes à d'autres, plus originaux et aboutis. Une chose est sûre : ce recueil offre une vision de l'évolution des Etats-Unis depuis une vingtaine d'années. Par exemple, on est frappé par les textes qui dépeignent des hommes aux prises avec l'échec, qu'il soit financier ou sentimental.

 

L'agréable absurdité de l'Amérique

On pense au père de famille de Multipropriété, qui après avoir fait fortune une première fois, a voulu tout rejouer et de déboires en ratés se convainc que l'hôtel en quasi ruines qu'il vient d'acquérir sera l'occasion de se refaire... enfin. Mais si Eugenides excelle à décrire les étapes du calvaire du père, il manie aussi l'ironie comme un maître : "Il y a un certain nombre d'interventions chirurgicales dont mes parents comptent bénéficier lorsque les choses iront mieux. Depuis déjà quelques temps, ma mère veut un lifting". Ces personnages en perdition aux ambitions un peu absurdes sont ses voisins, il les connaît et il excelle à décrire ce qu'il appelle, dans cette même nouvelle, "l'agréable absurdité de l'Amérique"

L'anti héros de Musique ancienne aussi rêve de se refaire. Il s'est endetté jusqu'au cou pour acheter un instrument de musique ancien grâce auquel il pourra retrouver le son de Bach. Son épouse produit et vend sur Internet des souris en tissu, tandis que lui peine à donner des cours particuliers. La société de courrier les harcèle par téléphone, provoquant des tensions dans ce couple de bobos, intellos précaires qui n'arrivent pas à avoir les moyens de leurs ambitions. "En quoi l'activité de Rodney était-elle un travail, contrairement à celle de Rebecca ? Primo, Rodney touchait un revenu. Secundo, il devait plier sa personnalité aux désirs de son employeur. Tertio, il n'aimait pas ce qu'il faisait. Ca c'était un signe incontestable que c'était un travail".

 

Des frères lointains et des amies proches

Rodney apparaît comme un frère de Kendall, le personnage de Fondements nouveaux, nouvelle dans laquelle, là encore, un ancien étudiant brillant peine à joindre les deux bouts et à transformer la fermette acquise en maison pour magazine de décoration, et qui verra la fortune arriver peut-être. Le matérialisme est omniprésent.

L'obsession sexuelle des puritains aussi, avec trois nouvelles qui ne font pas partie de nos favorites. Sujet de plainte, qui clôt le recueil, écrite la plus récemment, narre les affres d'un père de famille piégé par une jeune fille qui porte plainte pour viol pour échapper à un mariage forcée. On laissera chacun à ses jugements moraux sur cette histoire, mais on appréciera le talent de maître de l'auteur pour créer un univers au sein duquel il est difficile de savoir qui est vraiment la victime. 

 

Et puis il y a la nouvelle d'ouverture, différente des autres et intitulée Les râleuses. Il y est question d'une amitié qui dure à travers le temps, de la perte d'autonomie, de la vie dans ce qu'on appelle chez nous un Ehpad et de la puissance des liens. Ce n'est jamais triste, au contraire. "Sortir sous la neige, y disparaître, cela n'aurait rien de nouveau pour elle. L'extérieur rejoindrait l'intérieur. Les deux fusionneraient. Tout deviendrait blanc. Il suffirait d'avancer. Sans s'arrêter. Peut-être rencontrerait-elle quelqu'un là-dehors, peut-etre pas. Une amie."

Des raisons de se plaindre Jeffrey Eugenides Ed de l'Olivier 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle