Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Muses industrielles] Découvrir le magnifique roman pré transhumanisme du prix Nobel de littérature 2017

Christophe Bys

Publié le

Avant les robots et l'intelligence artificielle, la grande peur s'appelait le clonage humain. Sur ce thème, le récent prix Nobel Kazuo Ishiguro avait écrit un anti-roman de science fiction en 2005. A la fois intime et mélancolique, Auprès de moi toujours distille la tristesse incommensurable d'une Humanité perdue.

[Muses industrielles] Découvrir le magnifique roman pré transhumanisme du prix Nobel de littérature 2017
Capture du film "Never let me go"

Les jurés du Nobel ont décidé cette année de récompenser l'auteur britannique Kazuo Ishiguro, connu pour avoir écrit les vestiges du jour, roman qui servit de base au film de James Ivory.

Mais il a aussi publié un livre très sensible et poétique qui, bien avant que le transhumanisme ne revienne à la mode, posait avec beaucoup de finesse les questions éthiques posées par le désir d'éternité de certains Hommes.

Auprès de moi, toujours, a paru en 2005 en France et est toujours disponible aux éditions Gallimard dans la collection de poche Folio (ce sont les éditions des deux terres qui avaient assuré la traduction et la publication initiale de ce roman). On y retrouve une jeune femme hantée par le passé et une enfance qui se déroule dans un pensionnat. Qui sont ces enfants qui grandissent isolés du monde ? Qui sont ces humains que la narratrice accompagne régulièrement pour d'étranges opérations.

Loin de la science-fiction grandiloquente ou catastrophiste, Ishiguro créait, dans ce roman majeur, un roman d'anticipation terriblement mélancolique, aux tonalités faussement pastel. 

Car derrière les mots amortis et le récit apparamment sans vague, c'est une tragédie qu'il évoque, d'autant plus terrible qu'il le fait avec une certaine douceur. Ce roman avait été déclaré meilleur livre de 2005 par Time magazine.

 

 

Le roman d'Ishiguro a été adapté au cinéma sous le nom de "Never let me go". Moins subtil que l'original, il reste particulièrement passionnant pour la qualité du jeu de ses interprètes.

 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus