Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Muses industrielles] Dans "La fin des idoles", Nicolas Gaudemet pulvérise précieuses et précieux ridicules d'aujourd'hui

Christophe Bys

Publié le

"La fin des idoles" est un joyeux premier roman qui pose des questions graves. Que se cache derrière la soif forcenée de célébrité alimentée par les réseaux sociaux et les télévisions ? Et où nous mènent ceux qui, à l'aide d'une science plus ou moins sérieuse, promettent de nous délivrer du désir ? 

[Muses industrielles] Dans La fin des idoles, Nicolas Gaudemet pulvérise précieuses et précieux ridicules d'aujourd'hui
Premier roman de Nicolas Gaudemet, "La fin des idoles" est à la fois drôle et intelligent.
© Sandra Duboscq - Unsplash

Les entreprises citées

Et si le plus grand malheur naissait de la volonté d'établir coûte que coûte le Bonheur pour Tous et sans effort ? Cela a été largement vérifié au XXe siècle à travers des expériences politiques tragiques. Plus subtil et (donc peut être plus dangereux), le XXIe siècle s'y attelle avec l'aide combinée des médias de masse et des "neurosciences" . C'est un des enseignements du premier roman de Nicolas Gaudemet paru chez un éditeur débutant (TohuBohu, une raison de plus pour le soutenir à quelques jours de Noel) "La fin des idoles". 

Divertissement intelligent

Ecrit comme un polar, ce roman à la construction impeccable relate les aventures de Lyne, une brillante scientifique qui pénètre le monde de la télévision, avec un but caché : soigner les gens de leur envie d'être célèbre et reconnu. Cela passera par la création de plusieurs émissions de télé-réalité et d'ambitieux programmes de recherche menés sur les deux rives de l'Atlantique et dans un mystérieux château. Le but : équiper chacun d'électrodes et influencer le comportement grâce aux données enregistrées. Adieu addictions et malheurs. 

Guérir les gens de leurs faiblesses pour leur bien mais aussi pour celui de Lyne,  l'ambitieuse scientifique qui veut gagner la guerre qu'elle mène contre la psychanalyse et un de ses médiatiques représentants : Gerhard Lebsenstrie. Entre les deux, tous les coups sont permis (intrusion, filature, espionnage, envoi d'agent double...)  pour la plus grande joie du lecteur amateur de divertissement intelligent. 

Bimbos de téléréalité et scientifiques prêts à tout 

Car l'air de rien, derrière la comédie hyper enlevée aux personnages secondaires soignés (du capitaine d'industrie inconsolable à l'avocat perdu dans ses désirs ou encore le stagiaire maltraité), le roman pose très clairement les thèmes du débat entre psychanalyse et thérapies comportementales, notamment quant aux conséquences sur la façon de concevoir l'Homme et sa Liberté.  L'auteur se livre à un réjouissant jeu de massacres des excès des uns et des autres. Le psychanalyste-gourou, sur-interprète les propos de tout et de tous, oubliant d'analyser les causes de son hyper narcissisme, tandis que la prêtresse des neurosciences froide comme une banquise avant le réchauffement climatique, manipule cyniquement son fiancé, fils du patron du groupe qui possède la chaîne où elle intervient. Une des bonnes idées du romancier est d'avoir transposé cette lutte dans le monde hystérique de la télévision. Lyne "invente" Paloma, succédané des bimbos de téléréalité, jeune fille perdue à la recherche de la gloire à tout prix. D'abord hésitante, elle passera de l'un à l'autre au gré des promesses de contrats pour s'exposer à la télévision, avant de choisir son camp. 

Derrière ce polar - car il y a un vrai suspense - aux tonalités humoristiques - un genre pas si rare - est pourtant posée une question essentielle qu'incarne le destin de cette Paloma, instrumentalisée par l'une et l'autre. Renoncer à une part de liberté pour un peu plus de bonheur vaut-il le coup ? Ou pour le dire autrement, peut-on être heureux et aliéné ?

Allez joyeux Noël, passez un bon moment avec ce gros roman parfait pour une soirée d'hiver... en attendant qu'un producteur éclairé ait l'idée d'acheter les droits pour une série télévisée qui pourrait cartonner au Noël 2021. 

La fin des idoles, Nicolas Gaudemet Tohubohu éditions,

474 pages 19 euros 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle