Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Muse industrielle] "La note américaine" de David Grann : le pétrole, la source du malheur des Osages

Christophe Bys ,

Publié le

Avec "La note américaine", le journaliste new-yorkais David Grann signe une enquête digne des meilleurs polars. Qu'arrive-t-il aux Osages, ces indiens qui se sont retrouvés incroyablement riches suite à la découverte de pétrole dans le sous-sol de leur réserve ?  Après une enquête locale ratée, E.J. Hoover envoie un de ses meilleurs éléments. C'est d'autant plus critique pour lui que le FBI qui vient de naître doit prouver sa légitimité.  Près d'un siècle après les faits, David Grann relate ces enquêtes et mène la sienne, révélant que l'horrible vérité, telle qu'elle fut alors révélée, était incomplète. 

[Muse industrielle] La note américaine de David Grann : le pétrole, la source du malheur des Osages
Un polar, un livre procès et une enquête journaliste, le 3 en 1 selon David Grann.
© Edition Globe

Face à un événement inexplicable et inimaginable, il est de coutume de dire que la réalité dépasse la fiction. En lisant "La note américaine", une enquête du journaliste David Grann, la même impression prévaut et est amplifiée chapitre après chapitre. Cela fait un certain temps que l'on sait que les westerns de notre enfance ne disaient pas toute la vérité du rapport entre les cow-boys et les indiens. Avec cette enquête fouillée, la dimension change.

La malédiction de l'or noir

Les Osages ne sont sûrement le plus connu des peuples indiens.  Parqués comme d'autres dans des réserves après les guerres indiennes, ils se retrouvent dans l'Oklahoma, un territoire qui n'était pas vraiment un cadeau. Sauf que... on y découvrît bientôt du pétrole et que les Osages relégués dans un territoire sans intérêt a priori deviennent d'un seul coup riches, très riches.

Quand, au début des années 1920, se multiplient les morts plus ou moins inexpliquées, le doute sur les motivations du ou des meurtriers s'installe très vite. Pour celles et ceux qui sont retrouvés avec une balle dans la tête, le meurtre fait peu de doute. C'est plus compliqué pour les personnes empoisonnées ou encore pour cette famille dont la maison explose en pleine nuit.

Policiers corrompus

Une première enquête locale échouera à résoudre l'énigme. Il faudra Edgar J. Hoover pour tirer l'affaire au clair... enfin presque. Hoover est ce personnage contreversé qui des décennies durant supervisa le FBI. A l'époque, ce dernier est à peine né et l'enquête sur les crimes osages est de montrer quelle pourrait être son utilité, sa nécessité. Si une police fédérale est nécesaire, c'est que les autorités locales apparaissent dans ce livre complètement dépassées par les événements et corrompues. Il est vrai que l'argent des Osages n'incite guère à la vertu, d'autant que très vite ces derniers sont déclarés incapables de gérer cet argent et se voient imposer des tuteurs (de bons américains venus d'Europe évidemment) pour les épauler.

L'histoire de la création du FBI telle qu'elle est racontée dans La note américaine est réellement passionnante. Les années 20 sont celles de la Prohibition mais aussi celles d'une période charnière de l'histoire des Etats-Unis : le territoire est unifié et après la période des pionniers agricutleurs, les grandes industries émergent. Dans ce contexte, Edgar J. Hoover veut créer une police moderne.

Il "voulait que toute cette affaire serve de vitrine pour son Bureau fraîchement réformé et qu'il continuait de restructurer... Hoover adopta l'une des nouvelles approches de l'ère progressiste que traversait l'Amérique, celle qui préconisait une politique de management inflexible. ce système était fondé sur les théories de F.W. Taylor, un ingénieur industriel, qui défendait l'idée que les entreprises devaient être dirigées de manière 'scientifique'... En appliquant au gouvernement ce genre de méthode, les progressistes cherchaient à mettre fin à la corruption des partis qui noyautaient les agences gouvernementales. Une nouvelle classe de technocrates dirigeait la bureaucratie florissante, à la manier de Herbert Hoover - 'le Grand Ingénieur'- qui était devenu un héros grâce à l'efficacité avec laquelle il avait pris en charge les secours humanitaires pendant la Première Guerre mondiale". 

Un héros made in USA

C'est donc un policier fédéral qui finalement résolut cette énigme. Le livre de David Grann est une enquête méticuleuse. C'est à la fois un polar captivant, une leçon d'histoire, complétés par l'enquête de l'auteur qui va plus loin encore que le FBI de l'époque. C'est aussi un très bel hommage à deux des protagonistes de cette histoire ayant vraiment existé : Mollie Burkhart, une Osage dont la famille proche est décimée et Tom White, un policier remarquable dans cette affaire mais aussi dans toute sa carrière telle qu'elle est relatée dans cet ouvrage de David Grann. 

Il est d'usage de répéter que les Américains sont plus forts que les Français par leur capacité à se saisir de l'histoire et à en faire des films. A notre connaissance, ce morceau d'histoire a échappé à Hollywood à ce jour. Les scénaristes devraient se précipiter, notamment pour rendre à ce héros américain la place qu'il mérite. 

 

La note américaine, David Grann, Editions Globe 22 euros

traduit de l'américain par Cyril Gay

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle