[Muse industrielle] La fabrique du vivant, penser un monde sans plastique

La nature comme alternative au plastique ? C’est la vision que propose le Centre Pompidou dans son exposition La fabrique du vivant, qui se termine le 15 avril. Elle explore les manières de créer artificiellement le vivant et de l’utiliser.

 

Partager
[Muse industrielle] La fabrique du vivant, penser un monde sans plastique
Impression 3D de mycélium de champignons (reishi) Centre Pompidou, Paris

Drôle de chaise. C’est la première œuvre que le visiteur remarque en arrivant à l’exposition La fabrique du vivant, au Centre Pompidou, à Paris. Peut-on parler d’œuvre, d’ailleurs ? C’est une chaise. Seulement, elle a été fabriquée en mycélium de champignon. Pour Olivier Zeitoun, co-commissaire de l’exposition, qui se termine le 15 avril, toutes les œuvres présentées s’intéressent à cela : "Imaginer des remplacements au plastique."

Architectes, artistes et designers

L’exposition rassemble 47 créateurs, tous contemporains, qui sont artistes, architectes ou designers. Se côtoient installations artistiques et projets de bio-ingénierie. Le visiteur peut méditer devant Skin Pool de Pamela Rosenkranz, ce bassin qui "contient de l’eau, de la cellulose et des produits qu’on absorbe tous les jours, comme les colorants alimentaires, décrit le co-commissaire de l’exposition. Il est de la couleur de certaines peaux européennes, utilisée comme standard de bonne santé dans la publicité : cela parle de cette surface vivante traversée par les produits chimiques".

Il peut aussi s’intéresser au fonctionnement des "bio-façades" créées par la société XTU Architects, qui vont équiper un bâtiment en construction dans le XIII e arrondissement parisien. Ces blocs remplis de micro-algues produisent de l’oxygène. "Ils permettent aux architectes d’intégrer le vivant dans le processus de construction", analyse Olivier Zeitoun.

Plus terre à terre, le chaland s’imagine une vie où la nature a trouvé une place nouvelle. S’asseoir sur ce tabouret en fibres végétales et mycélium de pleurotes, boire dans ces bols en algues imprimés en 3D, s’éclairer avec cette lampe, qui fonctionne avec l’électricité produite par les bactéries qu’elle contient. "Ce sont des objets fonctionnels, que l’on peut utiliser", assure l’organisateur.

Interpeler le public

En naviguant entre design, art et technique, le spectateur remarque les sons d’une vie animale. Il tend l’oreille, entend des bêtes indéfinissables bouger, se cacher et parfois s’emballer et courir tout autour de lui. Cette installation sonore a été créée par le compositeur Jean-Luc Hervé. "Ce sont des animaux conçus numériquement qui interagissent avec le public grâce à des capteurs, explique le co-commissaire. Ils sont craintifs, ils réagissent aux déplacements des visiteurs et se font discrets lorsqu’il y a du monde. C’est un biotope technologique, collectif à toutes les salles de la galerie."

Les quatre salles abordent la conception à partir de biomatériaux, l’architecture bio-computationnelle, la recherche scientifique ou encore la programmation du vivant. "On a essayé de rassembler toutes les personnes qui avaient produit et créé sur les sujets autour de la recréation artificielle du vivant et des biotechnologies", raconte l’organisateur.

Après près de deux ans de préparation, cette exposition a su attirer de nombreux visiteurs. "C’est un thème porteur, qui a vraiment trouvé son public. Cette dimension du vivant dans tous les champs de la création, c’est un sujet qui a vraiment interpelé le public", se félicite, à raison, Olivier Zeitoun, qui a organisé La fabrique du vivant avec Marie-Ange Brayer.

0 Commentaire

[Muse industrielle] La fabrique du vivant, penser un monde sans plastique

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

AVRIL

BIOTOPE

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS