Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Mory Ducros : la CFDT signe l’accord de reprise in extremis

Sylvain Arnulf ,

Publié le

Après avoir menacé de ne pas signer l’accord de reprise de Mory Ducros par Arcole industrie, la CFDT, premier syndicat dans l’entreprise, a finalement apposé sa signature.

Mory Ducros : la CFDT signe l’accord de reprise in extremis © DR

Ce mardi 4 février, le ton est monté entre Arcole industrie, candidat à la reprise de Mory Ducros, et la CFDT. Alors qu’une audience décisive se tenait hier, le syndicat a laissé planer la menace d’une non-signature de l’accord de reprise, pour protester contre le choix des critères de licenciement. Si le premier syndicat de l'entreprise refusait d’apposer sa signature, l’offre de reprise serait "non recevable", alertait Arcole.

Rebondissement en fin d’après-midi : contre toute attente, la CFDT a accepté de signer l’accord. Mais ce n’est pas le délégué CFDT de Mory Ducros, Rudy Parent, qui a apposé sa signature (alors qu'en théorie, lui seul est habilité à le faire), mais le responsable de la fédération CFDT Transports André Milan, afin d’éviter une liquidation judiciaire directe. Rudy Parent a d’ailleurs quitté la salle d’audience  "furieux" selon Denis Jean-Baptiste, le secrétaire du CE, cité par l'AFP.

Le tribunal de commerce de Pontoise fera savoir jeudi 6 février si l’offre d’Arcole Industrie, qui doit maintenir 2 150 emplois sur plus de 5 000, est retenue.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle