Electronique

Morris Chang sur le départ de la tête de TSMC en juin 2018

Ridha Loukil , ,

Publié le

Père de l’industrie microélectronique taïwanaise et inventeur des services de fonderie, Morris Chang va se retirer à 87 ans de la tête de TSMC en juin 2018. Une page se tourne dans l’histoire du plus grand fondeur mondial des semiconducteurs.

Morris Chang sur le départ de la tête de TSMC en juin 2018
Morris Chang, PDG-fondateur de TSMC
© TSMC

Il espérait garder les commandes jusqu’en 2020. Morris Chang va finalement se retirer de la tête de TSMC plus tôt. Il a décidé de céder les rênes du groupe lors de la prochaine assemblée générale des actionnaires en juin 2018. Il aura alors 87 ans. Une page se tournera alors dans l’histoire de l’entreprise et de l’industrie des semiconducteurs.

Initiateur de l'industrie de fonderie de semiconducteurs

Morris Chang est considéré comme le père de l’industrie taiwanaise des semiconducteurs et le véritable initiateur des services de fonderie, c’est-à-dire de fabrication de puces électroniques en sous-traitance. Une industrie qui pèse aujourd’hui plus de 50 milliards de dollars et constitue la clé de développement de sociétés fabless (sans usines), comme Qualcomm, Broadcom, Nvidia, AMD, MediaTek ou Apple. Son groupe TSMC, qu’il a fondé en 1987, s’impose aujourd’hui comme le numéro un mondial des services de fonderie, avec  47 000 personnes et un chiffre d’affaires de près de 30 milliards de dollars en 2016, près de six fois celui du numéro deux du marché, l’américain GlobalFoundries.

Né en 1931 à Ningbo, en Chine, Morris Chang se réfugie pendant la guerre civile à Hong Kong avant d’émigrer aux Etats-Unis où il fait ses études d’ingénieur en mécanique au prestigieux Massachusetts Institute of Technology puis un doctorat en électronique à l’université de Stanford. Il passe l’essentiel de sa carrière – 25 ans- chez Texas Instruments, l’un des fleurons américains des semiconducteurs, avant d’être rappelé en 1985 par le gouvernement taïwanais pour bâtir les fondations d’une industrie microélectronique dans l’ile.

Obession: battre Intel

Dès le départ, il fait de l’excellence technologique son obsession. Avec pour modèle, l’américain Intel, numéro un mondial des semiconducteurs, roi de la loi de Moore et champion de la miniaturisation électronique qui permet aux puces électroniques de doubler de densité tous les deux ans. La marche sera longue. Mais dès 2015, TSMC parvient à la parité technologique avec Intel avec son procédé FinFET 16 nm Plus de fabrication de puces avec des transistors 3D et une gravure de 16 nanomètres. Du moins en appellation commerciale.

C’est à la fin de 2017 qu’il emporte la victoire en mettant en production son procédé de 10 nanomètres, alors qu’Intel en est toujours à la technologie de 14 nanomètres. Le rêve de Morris Chang de battre le géant américain est réalisé. A son départ en 2018, TSMC aura mis en production la génération de 7 nanomètres. De quoi consolider son avance dans la course de la loi de Moore.

Succession préparée

Morris Chang, dont la fortune personnelle est estimée à 10 milliards de dollars, a préparé sa succession en désignant en 2013 deux directeurs généraux : Mark Liu et Charles Wei. C’est à eux qu’il compte passer le flambeau, tout en restant au conseil d’administration.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte