Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Moret pompe les émergents

, , , ,

Publié le

Le fabricant de biens d’équipement produit en Chine, au Brésil et en Inde, ce qui profite à ses usines en France et en Belgique.

Moret pompe les émergents
Le spécialiste des pompes pour l’industrie mise sur les pays émergents pour sa croissance externe.

Moret Industries n’a pas subi la montée en puissance de la Chine et des pays émergents. Il est allé en profiter ! En témoigne la part de son activité à l’export, passée de 10% à 83% entre 1990 et aujourd’hui. Le spécialiste des pompes industrielles et équipements de process pour l’agro-industrie a beaucoup grossi dans l’intervalle. Entre croissance organique et acquisitions, l’entreprise familiale de Saint-Quentin (Aisne) a multiplié son chiffre d’affaires par six en dix ans. Moret a réalisé l’an passé 320 millions d’euros de chiffre d’affaires avec 1800 salariés, dont la moitié en France. En dix ans, le groupe a investi 100 millions d’euros dont 50 millions en acquisitions.

« Notre horizon n’est pas à trois mois, mais à cinq ans. La famille fait le choix d’investir pour développer l’entreprise plutôt que de se verser des dividendes », explique Jérôme Duprez, le PDG. Pour asseoir ses positions dans son métier historique des pompes industrielles, Moret a racheté le spécialiste belge Ensival, ce qui a donné naissance à une marque mondialement reconnue, Ensival Moret.

À Saint-Quentin comme en Belgique, Ensival Moret fabrique des pompes unitaires spéciales à très haute pression (plus de 100 bars), très puissantes (3 000 kilowatts) et stratégiques. « Pour nos clients, l’arrêt d’une pompe peut entraîner l’arrêt de l’usine », souligne Jérôme Duprez.

Avec le rachat de Maguin (Charmes, Aisne), Moret s’est ouvert la porte des équipements de process pour la filière sucre-éthanol-amidon et la chimie du végétal. Le partenariat qu’il vient de conclure avec le belge De Smet lui permet d’accompagner ses clients dans le montage d’usines clés en main dans le monde entier. Il y a vingt-cinq ans, quand s’est fait sentir la concurrence de grands groupes d’Europe et d’Amérique du Nord, Moret s’est tourné vers l’Asie. Il a ouvert un bureau commercial à Singapour en 1991, puis une filiale à Shanghai en 1996, qui a commencé par produire des pièces semi-finies pour le marché européen.

Des produits plus qualitatifs

L’usine chinoise s’est assez vite mise à produire des pompes prêtes à l’emploi pour… la Chine. Aujourd’hui, cette filiale travaille à 90% pour le marché chinois et asiatique, et à 10% pour l’Europe. Parallèlement, l’usine est montée en gamme pour répondre à une demande de produits plus qualitatifs. « Ce qui a pour effet de doper l’activité du groupe en France et en Belgique, le berceau du groupe », analyse le PDG. Fort de sa réussite à Shanghai, Moret a entrepris la construction d’une deuxième usine en Chine qui sera opérationnelle en septembre. Il s’est également installé en Inde pour fabriquer des pompes et au Brésil pour l’ensemble de ses activités.

À partir de tous ses sites, Moret Industries exporte vers la Russie, l’Ukraine, la Thaïlande, le Maghreb, l’Afrique subsaharienne et l’Amérique du Sud. Les usines de France et de Belgique vendent ainsi leurs pompes à forte valeur technologique dans le monde entier.

Les autres champions

Unither (Amiens, Somme), leader de la fabrication d’unidoses stériles pour la pharmacie. 180 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont plus de 50% à l’export. 1 150 salariés, dont 300 à Amiens.

Le Creuset (Fresnoy-le-Grand, Aisne), champion mondial de la cocotte en fonte émaillée. 300 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 95% à l’export. 600 salariés.

Favi (Hallencourt, Somme), spécialiste de la fonderie sous pression d’alliages cuivreux. 73 millions d’euros de chiffre d’affaires, 45% à l’export. 400 salariés.

THG (Béthencourt-sur-Mer, Somme), fabricant de robinetterie et d’accessoires de salles de bains. 28 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 84% à l’export. 210 salariés.

Réagir à cet article

Usine Nouvelle N°3385-3386

Vous lisez un article de l’usine nouvelle N°3385-3386

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 de L’Usine Nouvelle

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle