Montupet remet 12 millions d'euros dans son usine de Diors

Le fondeur de carters et culasses Montupet vient de remporter un marché auprès de Daimler lui assurant un rythme de 230 000 culasses par an. L'industriel lance dans la foulée un investissement de 12 millions d'euros sur son site de Diors, près de Châteauroux (Indre).

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Montupet remet 12 millions d'euros dans son usine de Diors

Une année 2016 soutenue, un contrat pour le groupe allemand Daimler, et un investissement de 12 à 13 millions d’euros en 2017 : les nouvelles sont bonnes pour l’usine Montupet de Diors, près de Châteauroux (Indre).

Dans cette fonderie qui produit des pièces de moteurs automobiles pour Renault, BMW ou Ford, la capacité sera renforcée sur les culasses puisque l’industriel vient de remporter un contrat majeur pour le groupe Daimler (Mercedes, Smart), dit en substance Sylvain Gauthier, directeur général de Montupet, désormais filiale du canadien Linamar, qui reste discret sur les modèles sur lesquels seront montées les pièces made in Berry. "Ce sont des pièces complexes", se contente de dire Sylvain Gauthier.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

230 000 culasses par an

De nouveaux fours et de nouvelles machines vont intégrer cette usine de 450 salariés dirigée par Jean-Pierre Bellier. Aucune extension n’est prévue. "Il s’agit de remplacements de machines, et nous reconfigurons le site au fur et à mesure pour porter la capacité à 230 000 culasses par an", décrit le dirigeant. Tout juste propriétaire de Montupet début 2016, le groupe nord-américain Linamar avait déjà consenti un investissement similaire il y a un an.

Des pistes dans les moteurs électriques

Pour autant, les perspectives de Montupet sont calquées sur celles des moteurs thermiques, à savoir une érosion des commandes, notamment au profit des motorisations hybrides et électriques. Pour l’heure, aucune production de ce type n’est prévue à Diors, mais le groupe assure que des développements sont en cours. "Nous venons de lancer la production d’un alternateur de 48 volts sur notre site espagnol", indique Sylvain Gauthier. Des pièces de structure et des stators pour véhicules électriques seraient aussi en production.

Montupet emploie 3 500 personnes et exploite six usines, dont deux en France, à Diors et Laigneville (Oise). Il a réalisé un chiffre d’affaires de 600 millions d’euros en 2016.

Stéphane Frachet

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    MONTUPET
ARTICLES LES PLUS LUS