Montupet remet 12 millions d'euros dans son usine de Diors

Le fondeur de carters et culasses Montupet vient de remporter un marché auprès de Daimler lui assurant un rythme de 230 000 culasses par an. L'industriel lance dans la foulée un investissement de 12 millions d'euros sur son site de Diors, près de Châteauroux (Indre).

Partager
Montupet remet 12 millions d'euros dans son usine de Diors

Une année 2016 soutenue, un contrat pour le groupe allemand Daimler, et un investissement de 12 à 13 millions d’euros en 2017 : les nouvelles sont bonnes pour l’usine Montupet de Diors, près de Châteauroux (Indre).

Dans cette fonderie qui produit des pièces de moteurs automobiles pour Renault, BMW ou Ford, la capacité sera renforcée sur les culasses puisque l’industriel vient de remporter un contrat majeur pour le groupe Daimler (Mercedes, Smart), dit en substance Sylvain Gauthier, directeur général de Montupet, désormais filiale du canadien Linamar, qui reste discret sur les modèles sur lesquels seront montées les pièces made in Berry. "Ce sont des pièces complexes", se contente de dire Sylvain Gauthier.

230 000 culasses par an

De nouveaux fours et de nouvelles machines vont intégrer cette usine de 450 salariés dirigée par Jean-Pierre Bellier. Aucune extension n’est prévue. "Il s’agit de remplacements de machines, et nous reconfigurons le site au fur et à mesure pour porter la capacité à 230 000 culasses par an", décrit le dirigeant. Tout juste propriétaire de Montupet début 2016, le groupe nord-américain Linamar avait déjà consenti un investissement similaire il y a un an.

Des pistes dans les moteurs électriques

Pour autant, les perspectives de Montupet sont calquées sur celles des moteurs thermiques, à savoir une érosion des commandes, notamment au profit des motorisations hybrides et électriques. Pour l’heure, aucune production de ce type n’est prévue à Diors, mais le groupe assure que des développements sont en cours. "Nous venons de lancer la production d’un alternateur de 48 volts sur notre site espagnol", indique Sylvain Gauthier. Des pièces de structure et des stators pour véhicules électriques seraient aussi en production.

Montupet emploie 3 500 personnes et exploite six usines, dont deux en France, à Diors et Laigneville (Oise). Il a réalisé un chiffre d’affaires de 600 millions d’euros en 2016.

Stéphane Frachet

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS