Montée de tension à l'usine Tupperware

Un mouvement de grève paralyse l'usine Tupperware de Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), qui doit fermer dans deux mois. Les négociations sur le plan social achoppent sur les indemnités de départ.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Montée de tension à l'usine Tupperware

L'usine française de Tupperware à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire) est à l'arrêt, selon la CGT, qui a déclenché un mouvement de grève le 2 janvier. "La direction est hermétique à nos demandes", ironise un représentant de la CGT de cet industriel connu pour ses boites étanches en plastique.

Lors de l'annonce du plan social en octobre dernier, et de la fermeture de l'usine de 235 salariés en mars 2018, le principal syndicat de l'usine avait surpris tout le monde en jouant profil bas, laissant le champ libre de la contestation à la CFDT. "Nous avions préféré laisser une chance aux négociations", explique la CGT, qui veut mettre la pression sur la direction alors qu'une nouvelle réunion est prévue jeudi 4 janvier.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Désaccord sur les primes et les congés formation

Après quelques semaines de discussions, les primes supra légales et les durées de formation posent problème de part et d'autre. La CGT réclame notamment un congé de formation de deux ans pour les plus de 50 ans, contre 18 mois proposés par la direction. Détail qui a son importance : la moyenne d'âge du personnel est supérieure à 51 ans.

Pour faire face à la forte concurrence sur les boites et ustensiles de cuisine en Europe, l'américain Tupperware a décidé de fermer son site français en octobre dernier, préférant reporter la charge sur ses trois autres usines en Belgique, au Portugal et en Grèce. Créée en 1972, l'usine tourangelle a compté jusqu'à 500 salariés au début des années 90, avant de connaitre un repli lent et progressif. 450 salariés y travaillaient au début de la décennie.

Stéphane Frachet

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS