Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Montebourg valide les feuilles de route de cinq plans industriels

Solène Davesne , ,

Publié le

Les filières et les plans industriels commencent à rentrer dans le concret. Ce vendredi 14 mars, à Matignon, le ministre du Redressement productif a validé la feuille de route de 5 des 34 plans prévus. C’est l’une des filières déjà la plus organisée, celle du transport, qui initie le mouvement.

Montebourg valide les feuilles de route de cinq plans industriels © Luc Pérénom - L'Usine Nouvelle

Les entreprises françaises sont-elles en train d’apprendre à jouer collectif ? Mises en place en 2010, les filières industrielles commencent à se mettre en ordre de bataille. Le 13 mars, le conseil national de l’industrie a présenté à Bercy la longue liste des 275 actions concrètes engagées par les quatorze comités stratégiques de filières. Certes, la structuration des filières françaises est encore loin d’être achevée. Seules 10 % des 275 mesures sont réalisés. Mais c’est un premier pas.

Ce vendredi 14 mars, à Matignon, le comité de pilotage de la "Nouvelle France industrielle", conduit par Arnaud Montebourg, a validé les feuilles de route de cinq des 34 plans industriels, majoritairement dans le transport : le véhicule deux litres aux cent, l’avion et les satellites à propulsion électrique, l’autonomie des batteries et les bornes de recharge.

Jouer collectif

D’ici l’été, le reste des 34 plans industriels devrait être adopté par vagues. La plupart des filières qui ont validé leur feuille de route en premier avaient déjà des projets bien avancés dans leurs tiroirs. Mais "la mobilisation de l’Etat nous a fait gagner trois ou quatre ans sur la concurrence", assure Jean-Yves Le Gall, le patron du Cnes et chef de file du plan satellites, qui a obtenu 25 millions d’euros de financement public.

Les plans listent des projets d’investissements, des changements réglementaires à opérer, dans le cas de l’avion électrique notamment, et des calendriers précis de mise sur le marché. Mais surtout, les industriels ont appris à se coordonner. Pour la chef de file du plan autonomie des batteries, Florence Lambert : "c’est la première fois que les industriels de la batterie et ceux de l’hydrogène se retrouvaient autour de la table". Dans ce plan, les industriels de la pile à combustible ont aussi constitués un groupement pour construire une fonderie et amorcer les premiers marchés. Le début, là aussi, d’un jeu collectif qui pourrait rapporter gros.  

Solène Davesne

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle