Montebourg, Rafale, arrêts maladie, Snowden… la revue de presse de l’industrie

Pour cette dernière revue de presse de la semaine, vos journaux s’interrogent sur la stratégie d’Arnaud Montebourg et sur celle de Dassault avec son Rafale. Egalement dans l’actualité : le geste du gouvernement pour les salariés en temps partiel et les dernières déclarations d’Edward Snowden

Partager

Montebourg, Rafale, arrêts maladie, Snowden… la revue de presse de l’industrie

La stratégie d’Arnaud Montebourg décryptée

Sur deux pages, Libération questionne la stratégie du ministre du Redressement productif, qualifié de "pompier au coût par coût". "Une cohérence globale peine à émerger de la stratégie de sauvetage d’entreprises dessinée par le ministre du Redressement productif", juge le quotidien. "Ses essais, ses actions, ses coups de gueule signent-ils la marque (encore timide) d’un grand retour de l’Etat stratège ? A ceux qui doutent, le gouvernement martèle que toutes ses actions s’accompagnent d’initiatives de long terme destinées à mettre un coup d’arrêt à la désindustrialisation du pays. Faute d’avoir de l’argent, l’Etat entend désormais jouer le rôle d’architecte «stratégique». La preuve par la présentation cet automne de 34 plans d’actions pour l’industrie. Mais pas au point de réactiver l’interventionnisme d’Etat des années 60 ou 70. En clair, l’Etat ne s’imagine plus à la fois l’inventeur, le prescripteur, le producteur et le client final. Il s’agit plutôt de définir des priorités, mais en privilégiant les industriels", analyse le journal.

Un "super Rafale" en essais

Dassault jette toutes ses forces dans la bataille pour tenter de vendre le Rafale à l’étranger. Une version musclée de l’avion de combat, à la puissance de frappe inégalée, est en essais, indique Challenges. "Pourquoi cette démonstration de force ?", s’interroge le site de l’hebdomadaire. "L’idée est évidemment, après la claque au Brésil et avant les décisions attendues en Inde, au Qatar ou en Malaisie, de montrer que si le Rafale est plus cher qu’un appareil comme le Gripen, il affiche aussi des performances incomparables. ‘Deux Rafale représentent un potentiel équivalent à 6 avions de la classe Mirage 2000’, précise ainsi l’avionneur".

"La version sur-armée présentée aujourd’hui capitalise sur une possibilité d’évolution que Dassault n’avait pas encore exploitée", explique Vincent Lamigeon. "L’avionneur avait laissé inutilisés deux points d’emport sur la voilure, dits 'point 3', faute de demande expresse de l’armée française. Ce sont ces points que Dassault est en train de 'débloquer', en collaboration avec la DGA, mais sur fonds propres".

Arrêts maladie : un geste pour les temps partiels

Selon une information exclusive des Echos, "le seuil ouvrant droit à des indemnités journalières en cas d’arrêts maladie va être ramené de 200 à 150 heures travaillées par trimestre. La mesure, d’un coût estimé entre 20 et 30 millions par an, profitera surtout aux femmes, qui occupent l’essentiel de ces petits temps partiels". C'est "un signal venant contrebalancer celui du report récent, de janvier à juillet, de l’entrée en vigueur de l’interdiction de conclure de nouveaux contrats de moins de 24 heures par semaine", précise le journal économique.

Edward Snowden se plie au jeu des questions-réponses

L’ex analyste de la NSA, à l’origine des révélations sur les méthodes de surveillance des services de renseignement américains, s’est prêté à une séance de questions/réponses sur Internet depuis Moscou. Le site 01net relate l’échange. "Le live chat a été l'occasion pour lui de redire tout le mal qu'il pense de l'activité de la NSA. Ainsi, la surveillance de masse des données téléphoniques non seulement 'a violé la constitution', mais 'n'a pas permis de détecter un seul complot'. Il serait donc temps d'arrêter cette énorme collecte de données 'qui n'est pas faite parce que c'est nécessaire, mais parce que c'est facile et pas cher". "Ces programmes sont sans précédents dans l'histoire des Etats-Unis, et ils ont été créés en réponse à un risque qui cause moins de morts parmi les Américains que les chutes dans les salles de bain ou les tirs de policiers", a-t-il souligné. Edward Snowden ne regrette pas son action : "il était impossible pour moi de rester là et regarder. Il me fallait agir quel que soit le prix à payer", affirme-t-il.

Sylvain Arnulf

Sylvain Arnulf Rédacteur en chef adjoint web
Sylvain Arnulf

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS