Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Montebourg hausse le ton sur le phénomène de "racket au CICE"

Elodie Vallerey ,

Publié le

Interrogé le 2 octobre sur LCP, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a évoqué les "phénomènes de racket" au crédit impôt compétitivité subis par les petites entreprises de la part des grands donneurs d'ordre.

Montebourg hausse le ton sur le phénomène de racket au CICE © Luc Pérénom

Les alertes du ministre des Finances Pierre Moscovici et du médiateur des relations inter-entreprises il y a quelques mois n'ont pas été vaines.

Le 2 octobre, lors de l'émission "Questions d'Info" sur LCP, le ministre du Redressement productif a de nouveau évoqué les "phénomènes de racket" au crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) auxquels sont confrontés les petites entreprises.

S'il a confié que Bercy jugeait pour le moment ce "problème" comme "minoritaire", le ministre a cité l'exemple d'une "petite entreprise qui bénéficie (...) du crédit d'impôt" et qui, "dans le cadre du rapport de force de la négociation contractuelle", se retrouve face à la pression exercée par "une grande entreprise donneuse d'ordre, qui (lui) dit (...): 'comme vous avez le CICE, vous m'en donnez la moitié sous forme de ristourne de prix+'".

Evaluant ce phénomène à "une grosse dizaine de cas assez significatifs", Arnaud Montebourg a précisé que Bercy avait "décidé de sévir", le CICE n'étant pour lui "pas fait pour siphonner les avantages donnés aux PME".

Le ministre a assuré qu'une mission d'évaluation du CICE allait être mise en place par le commissariat à la stratégie et à la prospective afin de quantifier ce phénomène, et a aussi rappelé que les entreprises confrontées à ce problème pouvaient saisir le médiateur des relations inter-entreprises.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

03/10/2013 - 08h53 -

le but du CICI était de rendre compétitif les entreprises industrielles françaises face à la mondialisation.
Est ce normal que la POSTE qui n'est pas concernée par la concurrence déloyale des pays lowcosts , puisse toucher le CICE ?
Et Est-ce normal que les agences d’intérimaires bénéficie du CICE ? car cela ne va pas inciter à l’embauche et ne va pas permettre aux entreprises d’être compétitives sur la masse salariale intérimaire !
Conclusion : la moitié de l'argent de l'état pour le CICE va être gaspillé ! et va finir dans les caisses de la POSTE et des actionnaires de Adecco, Randstat,… !!!
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle