Monte dei Paschi encore plus sur la corde raide après la défaite de Renzi

par Silvia Aloisi
Partager

MILAN (Reuters) - Le cinglant revers subi par le président du Conseil Matteo Renzi à l'occasion du référendum constitutionnel de dimanche en Italie risque de remettre en cause un plan de renflouement de Banca Monte dei Paschi di Siena, la troisième banque du pays.

Ployant sous une montagne de créances douteuses, la banque toscane doit lever cinq milliards d'euros d'ici la fin du mois si elle veut éviter la liquidation mais la démission annoncée de Matteo Renzi fait planer le risque d'élections anticipées.

Monte dei Paschi, plus mauvaise note des tests de résistance européens pratiqués l'été dernier, comptait s'assurer l'engagement ferme d'un ou plusieurs investisseurs stables et procéder à une augmentation de capital dès mercredi ou jeudi.

Des banques d'investissement doivent se rencontrer autour de midi pour décider si elles apporteront leur appui à une augmentation de capital. Elles peuvent, conformément à un arrangement passé avant la souscription, y renoncer en cas de conditions de marché défavorables.

Le conseil d'administration de la banque doit lui se réunir mardi.

Les marchés boursier et obligataire italiens ont sensiblement baissé lundi en ouverture, les investisseurs redoutant qu'une instabilité de la troisième puissance économique de la zone euro ne soit synonyme d'une nouvelle crise financière, une calamité de plus pour un secteur bancaire italien très fragile.

Les actions avaient cependant souvent réduit leurs pertes à la mi-journée. Monte dei Paschi, qui avait perdu jusqu'à 10%, ne cédait plus que 2%. Intesa Sanpaolo reculait de 1,3% après un rétrogradage de 5% environ, tandis qu'UniCredit laissait encore 4,8%, après avoir lâché jusqu'à 6%.

Cependant, les banques italiennes figuraient toujours parmi les plus grosses pertes des trois indices boursiers européens Stoxx 600, FTSEurofirst 300 et EuroStoxx 50.

ROME POURRAIT BIEN METTRE LA MAIN À LA POCHE

Morgan Stanley estime que la victoire du "non" au référendum fait qu'il sera difficile pour Monte dei Paschi de se trouver un nouvel actionnaire stable. "Si l'on se fonde sur le volume et la valorisation de l'augmentation de capital nécessaire, la difficulté paraît de taille", écrivent les analystes de la banque américaine.

Si l'augmentation de capital de Monte dei Paschi ne se fait pas, il est probable que Rome interviendra financièrement pour lui éviter le pire, de l'avis de banquiers et de responsables européens.

C'est aussi l'avis d'Ewald Nowotny, membre du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE).

"La différence entre l'Italie et d'autres Etats comme l'Allemagne ou l'Autriche c'est qu'en Italie il n'y a pas eu à ce jour d'aide publique significative ou de nationalisation de banques", a-t-il dit. "On ne peut donc pas exclure qu'il soit nécessaire pour l'Etat de prendre des participations (dans des banques) d'une manière ou d'une autre".

Cela impliquerait des pertes pour les créanciers obligataires non prioritaires, conformément aux strictes règles européennes, quelque chose que le gouvernement Renzi a toujours voulu éviter à tout prix.

Même au plus fort de la crise de la dette de la zone euro, l'Italie s'était toujours refusé à mobiliser les deniers publics pour ses banques ou encore à solliciter de l'aide auprès de l'Union européenne (UE) pour les remettre à flot.

Mais elle se retrouve à présent à court de solutions dans le privé pour redonner de l'air à un secteur bancaire qui accumulé 360 milliards d'euros de créances douteuses durant une période de récession sévère.

Le fonds Atlas de 4,25 milliards d'euros, créé en toute hâte cette année pour drainer les fonds privés vers les banques, est lui-même à sec de par la multiplication des appels au secours autour de lui.

Ainsi, deux banques de Vénétie renflouées par le fonds à hauteur de 2,5 milliards d'euros au printemps auront à nouveau besoin bientôt d'une somme équivalente, disent des analystes.

Quatre petits établissements aidés par des banques plus saines l'an dernier ont encore besoin d'argent pour assainir leur bilan.

Enfin, si l'opération Monte dei Paschi tournait court, c'est UniCredit, la première banque italienne par l'actif, qui pourrait se retrouver en difficulté.

UniCredit doit annoncer le 13 décembre un projet d'augmentation de capital qui pourrait atteindre les 13 milliards d'euros et qui serait mis en oeuvre en principe au début de l'an prochain.

(Avec Paola Arosio et Valentina Za, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Data Steward F/H

ORANO - 22/01/2023 - CDI - Châtillon

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

72 - Le Mans

Maîtrise d'oeuvre pour la rénovation des bâtiments A et F au 185 rue Henri Champion

DATE DE REPONSE 28/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS