Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

"Montagne d'Or ne pourra être mené tel qu’envisagé", estime François de Rugy

Franck Stassi , ,

Publié le

Vidéo Pour le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, le projet Montagne d’Or, qui consiste en l’exploitation d’une mine aurifère en Guyane, devra être revu. Les conclusions du débat public seront présentées le vendredi 7 septembre.

Montagne d'Or ne pourra être mené tel qu’envisagé, estime François de Rugy
De nombreuses oppositions se sont faites entendre dès l'annonce du projet de Montagne d'Or en Guyane.
© Nordgold - Compagnie de Montagne d’Or

Interrogé le matin du 5 septembre sur France Inter, François de Rugy, le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, a indiqué que le projet Montagne d’Or "ne pouvait pas être mené tel qu’il avait été envisagé". "Il faudra le reprendre, d’une façon ou d’une autre. Je n’en dis pas plus pour le moment parce que je vais y travailler de façon précise mais il faudra le rependre. Je vais prendre connaissance de tous les aspects du dossier mais ma conviction est déjà qu’on ne peut pas le faire tel quel", a-t-il ajouté.

Porté par la compagnie russe Nordgold et l'entreprise canadienne Columbus Gold, le projet consiste en l’exploitation à ciel ouvert et durant douze ans (de 2022 à 2033) d’une mine aurifère sur un espace de 800 hectares, au sud de Saint-Laurent-du-Maroni, en Guyane. L’or serait récupéré par cyanuration en circuit fermé, un procédé auquel a déjà recours Auplata sur son site de Dieu Merci. 12 500 tonnes de minerai doivent être extraites quotidiennement, soit 4,5 millions de tonnes par an (pour en extraire 6,7 tonnes d'or). 782 millions d’euros doivent être investis si le projet Montagne d’Or est mené à son terme, avec à la clef 750 emplois directs durant la phase d’exploitation.

Le compte-rendu du débat public dévoilé en fin de semaine

"Le débat public a montré à quel point cela suscitait des tensions, des oppositions en Guyane. Donc, il faut reprendre les choses mais en respectant les élus locaux de Guyane qui se sont engagés, en respectant les uns et les autres qui ont travaillé, que ce soit en pour ou en contre", a poursuivi François de Rugy. Le débat public, qui s’est achevé le 7 juillet dernier, fera l’objet d’un compte-rendu et d’un bilan qui seront présentés le vendredi 7 septembre à Cayenne. Le prédécesseur de François de Rugy, Nicolas Hulot, avait exprimé ses réticences envers ce projet auquel Emmanuel Macron s’était déclaré favorable en 2015, en tant que ministre de l’Économie.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

10/09/2018 - 15h07 -

la réflexion évoquée ici ne porte que sur les aspects financiers du programme. Alors que la contestation pose les problèmes écologiques fondamentaux ignorés dans le débat annoncé . faut-il raisonnablement exploiter cette mine ?Il est permis d'en douter .
Répondre au commentaire

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle