Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Monsieur le président...

, , , ,

Publié le

Enquête La vie d'un quinquennat commence avec un programme, mais ne s'y arrête pas. Pour renforcer l'industrie, nous avons rassemblé à l'intention du nouveau Président une foule d'idées neuves et pas forcément coûteuses à mettre en oeuvre.

« Monsieur le Président, je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être si vous avez le temps... » chantait Boris Vian. À « L'Usine Nouvelle », nous ne nous sommes pas cantonnés à une lettre, mais en avons écrit vingt-six. Un abécédaire d'idées, issues de la rédaction ou de la société civile, pour relancer réellement l'industrie. Durant votre campagne, vous avez réaffirmé son rôle clé pour remettre la France sur le chemin de la croissance et des grands équilibres budgétaires et extérieurs. Vous avez affirmé votre ambition d'un grand pôle productif. Vous avez avancé des propositions pour l'investissement, l'innovation, le financement. Vous avez confirmé que vous reconduiriez certains outils utiles de la précédente majorité. Mais avez-vous fait le plein de toutes les idées simples ou audacieuses, coûteuses ou gratuites, originales ou de bon sens? Demain ce sera le changement, vous aurez toute une équipe pour exécuter votre politique. Elle devra avancer, tout en continuant à réfléchir, à proposer, à impulser. Modestement, voici notre contribution.

 

A COMME AMOUR

Celui qui devrait unir les grandes entreprises françaises et les PME. S'il a du mal à éclore spontanément, le stimuler par un règlement des marchés publics favorisant les offres couplées grands groupes - PME. Gagner des contrats ensemble, ce serait comme la naissance d'autant d'enfants soudant les vraies familles. L'idée est défendue par le Medef, qui la complète par un mécanisme fiscal incitant les grands groupes à entraîner les PME. La perspective de marchés devrait rester la principale motivation. Elle est un puissant moteur pour s'allier. Elle complèterait les initiatives actuelles de l'association Pacte PME, qui promeut davantage les bonnes relations. Cette alliance entre les PME et les grands groupes est une carte à jouer pour l'emploi, car les PME ont créé 2,3 millions d'emplois ces vingt dernières années, sur un total de 2,8 millions, soit plus de 80%.

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT NUL IMPACT FORT

 

B COMME BONUS - MALUS

La pratique n'est pas réservée aux assureurs. Un système de bonus - malus pourrait être mis en place pour valoriser les entreprises soignant leur capital humain : embauche de jeunes, apprentissage, évolution des salaires, emplois des seniors, diversité... Cela permettrait, selon le Syntec numérique qui défend cette idée, « d'introduire dans les résultats de l'entreprise une prise en compte de critères sociaux devant être considérés comme un levier de compétitivité et de développement économique ».

MISE EN OEUVRE COMPLEXE COÛT FAIBLE IMPACT MOYEN

 

C COMME CODE DU TRAVAIL

Parvenir à un code épuré de 500 articles (contre 10 000 actuellement), en refondant le droit du travail, serait salutaire pour les entreprises. Plus personne n'y comprend rien sauf les armées d'avocats qui le décryptent à coup de confortables honoraires. À titre de comparaison, son homologue suisse ne compte que 800 articles selon la Fondation Croissance responsable, qui promeut l'idée d'un droit du travail lisible. Cette complexité pousse au contentieux. En France, 26% des licenciements individuels, qui comptent pour les trois quarts des licenciements, terminent aux prud'hommes : la durée moyenne de la procédure est de quinze mois, elle passe à trente-deux mois en appel.

MISE EN OEUVRE DÉLICATE COÛT NUL IMPACT FORT

 

D COMME DISCRIMINATION ÉCOLOGIQUE

N'évaluer les offres qu'à l'aune du critère économique ne soutient pas les économies les plus avancées. Avec un code des marchés publics évaluant l'offre économiquement et écologiquement la plus avantageuse, on favoriserait les entreprises européennes ayant mis en oeuvre une politique ambitieuse de développement durable. Les débouchés ouverts par les marchés publics renforceraient ainsi les entreprises à l'export.

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT NUL IMPACT FORT

 

E COMME ENTREPRENEURIAT

Les grandes écoles et les masters 2 (d'économie et d'ingénieurs) poussent naturellement l'élite vers les grands groupes. Instaurer des stages PME innovantes obligatoires dans tous ces cursus ouvrirait les étudiants sur l'univers plus excitant des jeunes entreprises et leur donnerait le goût de la création. C'est le pari que fait l'Association française des éditeurs de logiciels (Afdel).

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT NUL IMPACT MOYEN

 

F COMME FRANCO-ALLEMAND

Lancer une agence franco-allemande des énergies renouvelables, pour que la convergence franco-allemande ne soit pas seulement celle de la rigueur, mais fasse renaître des projets industriels ambitieux et gagnants comme celui d'EADS. Un outil pour monter de grands projets sur un secteur d'avenir, comme le défend Stéphane Israël, conseiller à la Cour des comptes dans « 80 idées qui ne coûtent pas 80 milliards. »

MISE EN OEUVRE QUESTION DE VOLONTÉ COÛT MOYEN IMPACT FORT

 

G COMME GRATUIT

Des chercheurs qui trouvent, on en a. Des chercheurs qui en font des business, on en cherche. Concéder une licence gratuite à un inventeur du service public s'il décide de créer une société en mettant en oeuvre son invention. Le circuit de valorisation est court. L'organisme de rattachement y perd, mais l'économie y gagne. Méthode éprouvée dans l'Ontario au Canada.

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT SANS RISQUE IMPACT À ÉVALUER

 

H COMME HAUT DE BILAN

Solidifier les entreprises innovantes en orientant vers elles une partie de l'épargne collectée par les institutionnels. C'est le principe de la création du 1 % innovation, une taxe parafiscale collectée sur l'assurance-vie et l'épargne retraite. Elle pourrait être libérée dans un fonds privé de capital-risque ou dans un fonds de fonds géré par la CDC, selon l'architecture imaginée par le Comité Richelieu.

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT INDOLORE IMPACT FORT

 

I COMME INDICATEUR

Ce qui ne se mesure pas, n'existe pas. Créer un indicateur de suivi de l'attribution des marchés publics aux PME technologiques par les administrations centrales et les services déconcentrés. L'idée est de l'Afdel. Elle soutient que le numérique est non seulement une véritable filière industrielle, mais aussi un levier pour l'efficacité de l'État.

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT NUL IMPACT FAIBLE

 

J COMME JOIE

De la joie, l'industrie veut en donner (souvenez-vous du fameux slogan de BMW). Mais elle a surtout besoin d'hommes joyeux et foncièrement optimistes pour travailler dans ses rangs. Pourquoi ne pas lancer des plans d'actions de promotion de l'optimisme dans l'entreprise. C'est ce que propose le très sérieux professeur à l'ESCP Philippe Gabilliet, auteur de l'ouvrage « Éloge de l'optimisme ».

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT NUL IMPACT POTENTIEL

 

K COMME KILOEURO

Trois kiloeuros par année d'études, c'est ce que devrait débourser un étudiant. Ce remboursement des études par l'étudiant, à la sortie du diplôme, permettrait de renforcer les moyens de l'enseignement supérieur sans éliminer les jeunes pour des raisons sociales. Les métiers de l'industrie qui ont besoin d'ingénieurs en sortiraient gagnants. La qualité des études ne se dégraderait pas malgré les finances à sec de l'État. Avec ce système, la conférence des grandes écoles propose que les jeunes rendent une part de ce qui a été investi pour les former.

MISE EN OEUVRE DIFFICILE COÛT NUL IMPACT SYMBOLIQUE

 

L COMME (RE)LOCALISEZ

Pour réindustrialiser nos territoires, Yves Bontaz, entrepreneur et candidat à la candidature de la présidentielle, propose de procéder à une analyse des produits importés où la part des salaires est faible dans la valeur ajoutée. Ce travail, réalisé par le service des douanes, permettrait de conforter ou de créer des centaines de milliers de PME bien positionnées, capables de créer de l'emploi et de réduire la part de produits importés, donc le déficit extérieur.

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT NUL IMPACT POTENTIEL

 

M COMME MATIÈRES PREMIÈRES

Les prix de l'énergie et des matières premières ne cessent d'augmenter et leur accès est de plus en plus délicat face à l'appétit de « l'ogre chinois ». Développer des filières de recyclage pour revaloriser papier, plastiques, métaux, verre et terres rares, devient un enjeu stratégique et à fort effet de levier. D'autant que les gisements de déchets sont gigantesques en Europe. Une réponse plus pragmatique que les multiples comités français et européens dédiés à la sécurisation des matières premières.

MISE EN OEUVRE COMPLEXE COÛT AUTOFINANCÉ IMPACT FORT

 

N COMME NORMALISATION

Pour être fort à l'international, avoir la main sur les normes est essentiel. Les PME françaises en sont absentes et regardent passer les trains... des PME, souvent allemandes, très actives dans les cercles de normalisation internationaux. Résultat, des coûts de mises en conformité et une perte d'agilité sur le marché. La maîtrise, voire l'inspiration des normes, c'est de la compétitivité en plus. Des diagnostics « normes » sur l'intérêt d'une PME à s'impliquer dans les travaux opérés par l'Afnor pourraient débloquer l'implication des entreprises, car il existe déjà une aide de Bercy prenant en charge 50% des frais de participation aux commissions de normalisation. Mais comment s'engager, si l'on n'évalue pas l'intérêt de la démarche pour son entreprise? L'idée s'inspire des diagnostics brevets que réalise l'Inpi, l'Institut national de la propriété industrielle. Le Groupement des fédérations industrielles y est très favorable.

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT FAIBLE IMPACT RAPIDE

 

O COMME OFFICE

Réarmer l'expertise scientifique au plus haut niveau de l'exécutif, en créant un Office of science and technology policy, rattaché à l'Élysée, sur le modèle de celui qui existe auprès de la Maison Blanche. L'État se donnerait une vision prospective sur les enjeux économiques de la science pour une meilleure allocation des différents crédits. Le principe est défendu par l'ex-secrétaire d'État chargé du Commerce extérieur, Pierre Lellouche. Ne reste plus qu'à trouver un nom français.

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT MOYEN IMPACT FORT

 

P COMME PRINCIPE DE PRÉCAUTION

Il paralyse la recherche, l'industrie et rend suspicieux la notion même de progrès. Abolir, ou a minima amender, sa référence dans le préambule de la Constitution serait salutaire. Un rapport du Sénat de 2009 a montré que ce principe disqualifiait l'expertise scientifique, en étant utilisé comme un outil de gestion de l'opinion publique par les politiques. À l'image de l'affaire du gaz de schiste. Il concluait : « Le principe de précaution ne doit pas s'opposer au devoir d'innovation. »

MISE EN OEUVRE DÉLICATE COÛT NUL IMPACT À MOYEN TERME

 

Q COMME QUALIFICATION

Les qualifications sont des facteurs clés, car c'est en les remontant, et pas seulement en baissant les coûts, que la production française sera plus forte. Moduler les cotisations chômage selon l'effort de formation des entreprises est une idée défendue par le Medef, attaché à l'idée d'employabilité. L'organisme souhaite néanmoins baisser le coût du travail.

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT COMPENSABLE IMPACT DE MOYEN TERME

 

R COMME ROBOTIQUE

Comme les clubs informatiques dans les années 1980, mettre en place un plan robotique dans les écoles. Une manière de sensibiliser les enfants de manière ludique à la technique et ainsi au numérique, aux capteurs ou encore à l'intelligence artificielle, estime Bruno Bonnel, le PDG de Robopolis... Et susciter des vocations d'ingénieurs. Au-delà de cette dimension « aspirationnelle » du robot, Vincent Schramm, le directeur général du Symop, propose une initiative plus opérationnelle, matérialisée par un dispositif d'aide publique à la première robotisation des PME. Le système mobiliserait selon lui moins de 10 millions d'euros sur deux ans et permettrait de ne pas être dépassé définitivement sur ce terrain par les autres pays industrialisés.

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT MOYEN IMPACT À MOYEN TERME

 

S COMME SENIOR

L'or gris, voilà bien une matière que l'Europe possède à profusion. Structurer des pôles de compétitivité sur les enjeux du vieillissement : sciences du vivant, robotique, informatique, c'est l'intuition de l'Institut Montaigne. Le sujet commence à émerger avec le soutien d'initiatives en e-santé, par exemple.

MISE EN OEUVRE VOLONTARISME COÛT À TRANSFÉRER IMPACT FORT

 

T COMME TAXE

Il en faut pour faire tourner l'État. Mais pour maintenir la compétitivité, l'institut Montaigne propose d'alléger les taxes sur le cycle de production de l'entreprise. Il propose de supprimer, entre autres, le 1% logement, la contribution aux organismes de formation, à la caisse de solidarité sur l'autonomie et de transférer la CVAE sur les bénéfices de l'entreprise. Reste à voir comment compenser.

MISE EN OEUVRE COMPLEXE COÛT ÉTUDIER LES TRANSFERTS IMPACT FORT

 

U COMME USAGE

Les idées ne valent que si elles sont utilisées. Pourquoi ne pas créer un marché des idées. Une manière de donner une valeur d'échange aux innovations non-technologiques, plus simplement qu'avec un brevet. En accordant, par exemple, un copyright pour les droits industriels, comme on le fait pour les droits d'auteur. C'est ce que promeut l'association Croissance plus

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT NUL IMPACT À TESTER

 

V COMME V.O.

Le niveau d'anglais des cadres français? « Toujours catastrophique, cela ne facilite pas leur percée à l'export », témoigne anonymement un conseiller du secrétaire d'État au Commerce extérieur. Des dessins animés et des films en version originale à la télévision française permettraient d'immerger dès le plus jeune âge les futurs leaders à la langue des affaires, soutient la Fondation Croissance responsable.

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT NUL IMPACT À MOYEN TERME

 

W COMME WATT

Pour promouvoir les solutions d'efficacité énergétique, pourquoi ne pas valoriser les watts économisés? Le pilotage des équipements de climatisation, de chauffage, d'éclairage et de toutes les technologies permettant de réduire la consommation d'énergie serait ainsi valorisé. Cela favoriserait au passage l'essor d'une filière d'avenir. La réduction de la facture et l'indépendance énergétique ne passent pas que par les renouvelables.

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT NUL IMPACT RAPIDE

 

X COMME XÉNOPHILIE

Considérer que les étrangers peuvent être un atout. Ne prendre aucune disposition réglementaire pénalisant l'entrée ou le maintien de cerveaux étrangers. Cela permettrait de ne pas réitérer les difficultés auxquelles ont été confrontés les industriels suite à la circulaire Guéant.

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT NUL IMPACT FORT

 

Y COMME GÉNÉRATION Y

Les « vieux » aussi doivent « s'ygrecquiser » pour ne pas laisser une partie de la population de l'autre côté de la fracture numérique. En créant une qualification numérique universelle, on validerait un petit parcours de formation et de validation de l'utilisation des outils numériques. L'Afdel pense que cela pourrait s'organiser avec le soutien des industriels en e-learning.

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT MOYEN IMPACT VITAL

 

Z COMME ZEN

Voter des lois et les changer, les revoter, les aménager... Cette légèreté est épuisante pour les entreprises. Au risque de plonger dans la dépression les 577 députés de l'Assemblée nationale, freinons leur activité par un pacte de stabilité fiscale de cinq ans avec non-rétroactivité. En revanche, il n'est pas interdit de faire des expérimentations locales et de les évaluer. L'idée est défendue par l'UIMM, l'institut Montaigne, et remonte constamment du terrain.

MISE EN OEUVRE SIMPLE COÛT NUL IMPACT IMPORTANT

OLIVIER FERRARY, animateur du think tank Innovation des centraliens et directeur du développement chez Solvay « Redonner le goût de la technologie »

« Nous avions la conquête spatiale, le Concorde... Mais aujourd'hui, nos enfants manquent de défis technologiques pour rêver. L'une des propositions de notre think tank vise à créer une culture et une fierté de l'innovation. Cest l'affaire de tous, enseignants, politiques, médias et entreprises. Un plan robotique, s'il a peu de chance de vraiment favoriser l'émergence d'une filière en France, est une excellente idée pour montrer la technologie de manière ludique et concrète. Deuxième priorité : « Innover au service d'une vision, par la définition et la mise en oeuvre une politique industrielle adaptée aux enjeux de l'économie mondiale du XXIe siècle ». Mais ce n'est pas forcément à l'État de la définir. Les chefs d'entreprise sont les mieux placés pour définir les projets fédérateurs bons pour l'industrie du pays. »

GABRIEL COLLETIS, professeur d'économie à Toulouse 1 (« L'Urgence industrielle », éd. Le bord de l'eau) « Indexer les hausses de salaires sur l'innovation »

« En France, la productivité progresse faiblement et ses gains ne sont plus partagés équitablement avec les travailleurs, comme ce fut le cas pendant les Trente Glorieuses. Il faut réfléchir à un nouveau compromis social avec une rémunération des travailleurs liée à leurs efforts d'innovation. Aujourd'hui, la plupart des salariés, quand ils exécutent leur travail, sont confrontés à des problèmes non prescrits, qui font appel à leur créativité. Tous peuvent innover dans l'entreprise, car les produits ne sont pas les seuls concernés. Il y a aussi les process, la commercialisation... Il suffit de trouver les bons indicateurs. Subsiste une contradiction majeure à tout miser sur l'innovation et à considérer le travail comme un coût. L'innovation ne va pas sans les compétences des salariés qui se rémunèrent. »

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle