Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Monsanto sommé de dévoiler ses études toxicologiques sur le Roundup

Astrid Gouzik ,

Publié le

Le commissaire européen à la santé et la sécurité alimentaire a envoyé une lettre au géant américain Monsanto pour lui demander de rendre publique ses études sur le glyphosate, le principe actif de son best-seller le Roundup.


Crédits Jean-Louis Salque

A la fin du mois de juin, en Europe, l'autorisation du glyphosate, ce puissant herbicide à l'origine du Roundup, expirera. D'ici là Bruxelles doit décider si son autorisation sera renouvelée. Une belle épine dans le pied de la Commission européenne.

Deux études cristallisent les désaccords concernant cette molécule. Une première produite par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence de l'Organisation mondiale de la santé, en mars 2015. Dix-sept scientifiques issus de onze pays différents décidaient alors de classer le glyphosate dans la catégorie "cancérogène probable pour l'Homme", au même titre que le nitrate ou les dérivés inorganiques du plomb.

La seconde est réalisée par l'Autorité européenne de sécurité alimentaire (Efsa), une agence de la Commission européenne, fin 2015. Les experts de l'agence rendent alors un avis diamétralement opposé à celui du CIRC : le potentiel cancérogène du glyphosate est jugé "improbable".

Deux avis tellement discordants que la Commission européenne et les Etats membre ne savent plus à quel saint se vouer. C'est ce qui a poussé Vytenis Andriukaitis, le commissaire européen à la santé et la sécurité alimentaire, à réclamer à Monsanto la publication de ces études, révèle Le Monde.

Des études commanditées par "un consortium de sociétés" pour le renouvellement du glyphosate

Vytenis Andriukaitis a fait parvenir une lettre au géant américain, le 4 avril. "Une part significative de la société civile est préoccupée par les conclusions différentes de l’Efsa et du CIRC sur la cancérogénicité du glyphosate", aurait-il écrit à Richard Garnett, patron des affaires réglementaires liées à la protection des plantes de Monsanto Europe et président du conseil d’administration du Glyphosate Task Force (GTF). Ce groupe de travail européen sur le glyphosate est "un consortium de sociétés ayant conjugué leurs ressources et leurs efforts afin de renouveler l’enregistrement européen du glyphosate par une soumission conjointe", indique-t-il sur son site internet. C'est bien le GTF qui a commandité ces 14 études sur la cancérogénicité du glyphosate. Etudes sur lesquelles s'est basée l'EFSA pour rendre son avis.

Le GTF publie sur son site une lettre qu'il a fait parvenir au commissaire européen Vytenis Andriukaitis le même jour. Dans celle-ci, il proposait de rendre ces études consultables dans des "salles de lecture" sécurisées. Bruxelles jugera-t-elle cette offre suffisante pour calmer "l'inquiétude extraordinaire, en particulier au Parlement européen, sur la transparence de l’évaluation" ?

Astrid Gouzik

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle