Monospace: la bagarre commence

Partager

Monospace: la bagarre commence

A Sevelnord, on s'inquiète. Défricher un marché inconnu avec un véhicule tout nouveau, en pleine crise de l'automobile, est un pari hautement risqué. Certes, le marché européen du monospace résiste brillamment à la conjoncture. Créé de toutes pièces il y a dix ans par Renault et Chrysler, il devrait quadrupler à 600000 unités d'ici à l'an 2000. Il représente déjà 1,1% des immatriculations totales en Europe. Mais sa croissance sera plus lente que prévu. Au lancement du projet franco-italien, en 1988, on spéculait sur un marché de 600000 unités dès 1995. On sera loin du compte! Or PSA et Fiat ont vu grand: les capacités du site d'Hordain frisent les 130000véhicules par an - y compris les dérivés utilitaires qui seront lancés dans un an. La saturation du site sera d'autant plus difficile que Volkswagen et Ford lanceront leur propre monospace dans le courant de 1995. La fabrication sera assurée au Portugal, dans une usine neuve, aux frais du contribuable européen, car la CEE finance en grande partie le projet. Aides aux régions défavorisées obligent! Là, on table sur presque 200000véhicules l'an! En 1995, Renault lancera à son tour une "mini-Espace", développée sur la base du successeur de la R19. La vraie remplaçante de l'Espace devrait apparaître un an plus tard. General Motors Europe concocte un engin rival, tout comme Mercedes-Benz, qui fabriquera le sien en Espagne dès 1995. Sans parler des Japonais, déjà très présents. Porteur, générateur jusqu'ici de fortes marges, le marché risque d'être vite engorgé. Il n'y aura pas assez de place pour tous. Le rejeton de Sevelnord ne manque cependant pas d'atouts. Bien motorisé en essence et en Diesel, astucieux dans ses aménagements intérieurs modulables, spacieux, d'accès aisé grâce à ses portes coulissantes arrière, apparemment mieux fini que l'Espace, un peu moins cher, ce véhicule semble bien né. Il est même luxueux dans ses versions de haut de gamme. Mais, malgré ses qualités, il souffrira d'un lourd handicap: à part la calandre, les phares et les feux arrière, c'est grosso modo la même voiture qui sera diffusée sous quatre marques (Peugeot, Citroèn, Fiat, Lancia). Avec tous les risques commerciaux que comportent de telles économies d'échelle! Certains concessionnaires renâclent déjà. Les synergies ont des limites.



USINE NOUVELLE - N°2439 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS