Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

[Mondial de l'Auto] A quoi ressemblera la borne de recharge de demain?

Publié le

Tribune L’essor de la mobilité électrique est favorisé par l’émergence de nouvelles technologies dans les bornes, décrypte Simon Issard, manager au sein du cabinet Colombus Consulting.

[Mondial de l'Auto] A quoi ressemblera la borne de recharge de demain?
Une borne de recharge de véhicule électrique Audi.
© Audi

En juillet 2017, le gouvernement a annoncé la fin de la vente des véhicules thermiques pour 2040. Ayant bien compris le signal, les constructeurs automobiles ont présenté leurs nouveaux modèles électriques au Mondial de l’Auto (BMW i3, Peugeot DS3, etc.).

Malgré cet engouement, les parts de marché du véhicule électrique restent toutefois marginales en France avec seulement 1,3 % de l'ensemble des immatriculations de véhicules légers sur début 2018 . Un des freins à l’achat reste l’accès simple à une infrastructure 

de recharge de qualité, en comparaison avec un plein en station-service. En effet, les bornes actuelles n’offrent pas encore de réelles évolutions dans leur usage vis-à-vis des pompes à essence. Pour percer, la borne de recharge du futur devra simplifier considérablement l’expérience utilisateur et participer ainsi à l’essor de la motorisation électrique. Pour ce faire, à quoi devra ressembler cette borne du futur ?

L’expérience utilisateur, un levier fondamental au déploiement des véhicules électriques

Pour 57% des français, recharger facilement son véhicule électrique à proximité de son domicile ou de son lieu de travail est un prérequis à l’achat du véhicule . Aujourd’hui, en plus de demander du temps, la recharge du véhicule électrique demande de nombreuses actions manuelles : dérouler un câble, se brancher, s’identifier et payer via l’interface de la borne et renseigner des paramètres de la recharge. Cette complexité de manipulation peut démotiver l’automobiliste à électrifier son moyen de transport. Il devient alors nécessaire pour l’essor du véhicule électrique de faciliter la recharge et d’en améliorer l’expérience utilisateur en automatisant la connexion à la borne, en facilitant le paiement, et en permettant de piloter et suivre cette charge via une interface déportée (avec une application mobile par exemple).

Il existe trois grandes technologies pour automatiser la recharge et faciliter la vie des utilisateurs de véhicules électriques

Plusieurs technologies en développement permettent de faciliter la recharge et seront intégrées à la borne du futur (Figure 1).

Le Plug’n’Charge (PnC) permet d’automatiser l’identification et le paiement de la recharge sans utilisation de badges ou de cartes de crédit. Certains constructeurs de bornes et de véhicules proposent déjà des prototypes compatibles PnC.

D’autres technologies complémentaires permettent d’aller encore plus loin en automatisant également le branchement borne-véhicule :

L’ACD (automatic connection devices) connecte automatiquement le véhicule à la borne via un bras articulé automatique (snake charger) ou grâce à un plot sur le sol se branchant directement sous le véhicule.
• La recharge par induction de la batterie qui se fait sans contact en alignant une bobine présente dans le véhicule avec une bobine émettrice disposée au sol. L’alignement des bobines, principale contrainte technique, pouvant également être automatisé avec des technologies de guidage déjà existantes comme l’assistance au parking.



Le Plug’n’Charge est une réelle solution technique pour booster le développement de la filière à court terme

En automatisant l’identification du véhicule et son paiement, l’usager n’a plus qu’à brancher son véhicule pour initier la recharge et, comme un badge de télépéage, relier ce service de charge à un contrat déjà existant, facilitant grandement le paiement. Une fois identifié, l’utilisateur peut alors piloter sa recharge à distance grâce à une interface délocalisée, via son smartphone par exemple. Ainsi le PnC est également un levier de développement de la recharge intelligente et des services énergétiques associés : pilotage intelligent de la recharge, utilisation de la batterie du véhicule pour de l’autoconsommation (Vechicle-to-Home V2H) ou de la réinjection d’électricité sur le réseau électrique (Vehicle–to-Grid V2G). L’expérience utilisateur devient alors un argument commercial pour les différents acteurs de la mobilité électrique en renforçant leur image d’innovation technologique et futuriste. Plus de 57% du parc de bornes de recharge seront équipées d’une technologie PnC d’ici à 2035 d’après une étude Colombus Consulting  (cf. Figure 2).


L’ACD et la recharge par induction deviendront pertinents pour des usages spécifiques

L’automatisation du branchement reste un relais fort pour l’expérience utilisateur. Cependant, ces technologies sont plus complexes, peu matures avec une valeur ajoutée marginale. L’ACD devient intéressante pour des bornes à forte puissance qui demandent de manipuler des câbles lourds et encombrants. La recharge par induction sera réservée à des recharges faible puissance à domicile avec en premier temps une pénétration dans le segment de luxe. Moins encombrante et plus discrète elle remplacera progressivement les bornes en voirie sujettes à vandalisme. L’essor du véhicule autonome sera également un levier pour le déploiement massif de ces technologies, prévu pour 2030. Là encore, comme pour la recharge du véhicule électrique, il sera indispensable de penser usage avant de penser technologie pour assurer l’adhésion des utilisateurs.


Simon Issard, Manager au sein du cabinet Colombus Consulting
Tribune co-rédigée avec Stanislas Genty et Ihab Naddar, consultants chez Colombus Consulting

------------------------------------------------------------------------------------------------------

(1) Chiffres AVERE France, septembre 2018
(2) D’après « Le baromètre de la mobilité électrique – Vague 4 », IPSOS, Septembre 2018

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

14/10/2018 - 17h49 -

- dérouler un câble : c'est ce qu'on fait déjà en station service, - se brancher : c'est ce qu'on fait déjà en station service et on doit rester à proximité pendant le plein, - s’identifier et payer via l’interface de la borne et renseigner des paramètres de la recharge : euh... S'identifier et payer, c'est le job du badge, moins contraignant qu'un paiement CB, quand au choix du paramètre de charge, c'est juste un clic sur le tour de câble qu'on va utiliser... Ce n'est clairement pas gênant quand on sait de quoi on parle. Quant à l'identification plug'n'charge, c'est ce que fait déjà Tesla ! Attendre l'horizon 2035 pour les autres constructeurs c'est de la folie !
Répondre au commentaire
Nom profil

15/10/2018 - 16h52 -

Il faut lire complétement l'article : La charge inductive ou le chargeur auto sont là pour s'affranchir du cable. Le PnC du badge et les appli mobile (voir les assistants vocaux) des IHM de bornes...on peut quand même essayer de dépasser l'expérience (assez mauvaise) des stations services et des bornes actuelles. Gérer des badges en 2018 et pourquoi pas des cartes de fidélité. Paramétrer un service de smart charging voir de V2G directement à la borne (heure de départ, besoin de mobilité etc)...c'est long non ? Tesla : intéropérable sur son PnC ? En effet ils le seront peut être en 2025 L'article va dans le bon sens, on pourrait quand même attendre une expérience un peu plus "futuriste" sur un VE
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle