Mondial Auto 2012 : les déclarations de Philippe Varin

A l’occasion de la table ronde avec des journalistes ce 27 septembre, le président du directoire du groupe a dévoilé une partie de sa stratégie concernant les plateformes de production du groupe.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Mondial Auto 2012 : les déclarations de Philippe Varin

Philippe Varin a expliqué que le but du groupe dans toutes ses usines est de réunir toutes les productions sur deux plateformes : une petite pour la production des modèles compacts comme la 208, et une plus grande, la BVH2’ actuellement seulement présente à Rennes, pour la production des segments C et B (308, C4, 508, C5).

Au milieu de multiples déclarations, Philippe Varin est revenu notamment sur l’avenir du site de Rennes et sur le développement de la plateforme BVH2’. Il a précisé qu’un nouveau modèle est attendu sur cette plateforme en 2016, mais sans donner davantage de précision. En effet cette voiture fait partie des négociations en cours avec son partenaire General Motors. Le patron du groupe n’a pas voulu répondre aux questions concernant l’alliance avec GM renvoyant au rendu des conclusions prévues pour la fin de l’année.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les projets de PSA

Le constructeur veut miser sur la montée en gamme et sur l'internalisation, a précisé le patron. En Chine, le groupe compte sur ses deux futures usines pour performer. Notamment sur le site de Wuhan, ce sont 750 000 unités que le groupe prévoit de produire en 2015. Soit un chiffre très important. Au total, en 2012, le groupe souhaite vendre 400 000 unités.
Au Brésil, le constructeur a amélioré ses capacités de production pour atteindre 300 000 voitures supplémentaires produites en 2012.

Coût du travail

Lors de la table ronde, il a aussi appelé à améliorer le coût du travail en France et la compétitivité des entreprises, rejoignant sur ce point son homologue chez Renault Carlos Ghosn. Le coût du travail est de 35 euros par heure en France contre 10 euros en République Tchèque. "Un coût du travail élevé n’est rentable que si la production monte en gamme et que les technologies sont innovantes, a assuré le patron. Mais avec une forte pression sur les prix, les constructeurs ne peuvent pas ressortir de marges, et ne peuvent donc pas innover".

Le patron a dit attendre avec impatience le rapport sur la compétitivité de Louis Gallois. "Chez PSA, les salaires moyens sont d’environ 1,6 fois le SMIC. Suite à ce rapport, nous espérons une croissance de 5 à 10%".

Travailler ensemble

Le patron du groupe a salué le travail mené sur le site de Sevelnord pour parvenir à un accord avec un partenaire. "Nous avons travaillé sur tous les fronts, avec les pouvoirs publics et locaux, les fournisseurs, les partenaires sociaux. C’est un travail exemplaire pour réfléchir tous ensemble vers une amélioration de la performance du groupe". Pourtant pour l’heure, il ne dit pas que cette méthode sera appliquée sur tous les sites du groupe.

Le marché européen

Les immatriculations en Europe ont diminué de 25% par rapport à 2007. Selon lui, il est impossible qu’il y ait une remontée en V comme il y a eu pendant la crise de 2008 aux Etats-Unis, car le marché européen est tombé moins bas. Pour autant, il est nécessaire qu’un processus similaire soit mis en place, avec des fermetures d’usines notamment.

Mais Philippe Varin pense que la remontée du marché prendra plus de temps que cela n’a pris aux Etats-Unis, car il ne sent "pas que Bruxelles donne la même impulsion que l’équipe d’Obama aux Etats-Unis".

Le groupe table sur une part de marché en Europe d’environ 13% en 2012, contre 13,9% en 2011.

Pauline Ducamp, avec l'aide de Barbara Leblanc

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS