Mon patron veut m'imposer des scéances de coaching.

Votre patron vous propose un coaching ? Ne l'interprétez pas comme un signe de défiance. Compte tenu du coût des séances, cela signifie qu'il croit en vous. Mais n'acceptez pas son projet les yeux fermés: vous êtes en droit de discuter des objectifs, de c

Partager


> Quizz: 'Mon patron veut m'imposer des séances de coaching'
> Témoignages
> En savoir plus


COMMENT FAIRE FACE A TROIS SITUATIONS CRITIQUES
Vous refusez d'être coaché> Vous préférez taire les raisons de votre refus à votre patron ? Répondez-lui par une pirouette : « Plutôt que de payer un intervenant, je préférerais faire des points réguliers avec vous. » En faisant ainsi appel à son instinct de manager-coach, votre patron se sentira valorisé.
Vous flairez la manipulation
> Objectifs flous, pression latente... Méfiance ! Le coach Thierry Chavel du cabinet Mediator International conseille une question directe à votre patron-prescripteur : « Si je refuse, quelle est mon alternative ? »; ou encore : « si je n'atteins pas les résultats escomptés, que se passera-t-il ? »
Si votre patron est évasif ou s'il se braque, c'est peut-être le moment de faire le point sur vos perspectives d'avenir dans l'entreprise.
Vous voulez arrêter vos séances en cours de route
> Parlez-en au coach. Il pourra dire à votre supérieur que les objectifs sont atteints ou qu'il ne vous sent pas prêt. L'idéal est de prévoir en amont des cycles de séances reconductibles qui permettent de faire le point à mi-parcours.

TENDANCE Une "démocratisation" de la méthode
Méthode d'origine américaine, inspirée du sport, le coaching a d'abord concerné les cadres les plus en vue : top management et hauts potentiels dans les grands groupes. Il se diffuse vers l'encadrement intermédiaire et dans les PME.
Les trois quarts des coachings de cadres intermédiaires sont préconisés par les directions.
Pas de doute, la probabilité de se voir imposer un coaching par son supérieur hiérarchique augmente. Cette tendance est validée par les praticiens que nous avons interrogés, en particulier par Thierry Chavel de Médiator International.
Ce coach assure que 80 % des missions concernant le middle management sont à l'initiative du supérieur hiérarchique.

Un tiers des PME seraient concernées par la méthode.

En Ile-de-France, 28 % des PME auraient déjà utilisé les services d'un coach et 39 % disent vouloir à l'avenir les utiliser. Ces chiffres, qui proviennent d'une enquête réalisée en février 2002 par l'Institut français du coaching auprès de 300 PME-PMI d'Ile-de-France de moins de 500 salariés, mériteraient d'être confrontés à d'autres sources : celles-ci sont hélas inexistantes ! Notre enquête confirme néanmoins une «démocratisation» du coaching, bien que la méthode reste chère : il faut compter un coût moyen horaire de 230 à 380 euros et prévoir cinq à huit séances de une à deux heures.

QUATRE CLÉS POUR CHOISIR SON COACH
Issus du conseil, de la formation ou de la psychologie, les coachs ont des approches différentes. A vous de choisir celle qui vous convient.
L'approche analytiqueL'approche cognitivo-comportementaliste
Elle vous aide à saisir vos comportements à travers votre histoire personnelle. Elle s'intéresse aux structures profondes de votre personnalité.
Le coach pourrait dire :
?Cette situation vous rappelle-t-elle quelque chose ??
Marquée par les théoriciens Albert Ellis et Aaron Beck, cette approche n'explore pas le passé, mais se focalise sur vos émotions et vos pensées pour corriger vos comportements.
Le coach s'intéresse aux processus de fonctionnement du coaché plutôt qu'à leurs causes.
Le coach pourrait dire :
?Dans cette situation, que ressentez-vous ? Que pensez-vous ? Comment réagissez-vous ??
L'approche systémiqueL'approche de l'entraîneur
Comme les théoriciens de l'école de Palo Alto, les praticiens qui s'inspirent de cette approche estiment que l'on ne peut analyser un individu de façon isolée ; celui-ci fait partie d'un système. Il s'agit donc de mettre en évidence les interactions avec son environnement de travail : ses rapports avec la hiérarchie, le style de management de l'entreprise.
Le coach pourrait dire : ?Et votre patron, quels rapports entretient-il lui-même avec son chef ??
Ce courant américain a été boosté par le sportif et consultant John Whitmore qui applique à l'entreprise les techniques du sport de compétition. Il s'agit d'optimiser ses ressources mentales pour être plus endurant.
Le coach pourrait dire :
?Nous allons nous entraîner dans un jeu de rôle pour mieux réagir au prochain clash.?


TÉMOIGNAGES


Danièle Quantin, 48 ans

Chargée de coordination des laboratoires de recherche français du groupe sidérurgique Arcelor.

?Mon coaching m'a aidée à passer avec sérénité d'un poste de direction local à des fonctions plus larges de coordination.?

DÉCRYPTAGE

. Contexte A la suite d'une réorganisation, Danièle est passée de la direction d'un site de 120 personnes à la coordination de 1 200 collaborateurs dans douze laboratoires de recherche-développement.
. Enjeu Danièle a mal vécu cette situation : ses responsabilités manageriales sont réduites et sa charge de travail augmentée. Pour l'aider à faire face à ce stress, sa direction lui a proposé douze séances de coaching.
. Résultat Cet accompagnement a aidé Danièle à se repositionner. Et à accomplir un saut professionnel.



Philippe Tabourneau, 42 ans
Directeur commercial de GSK Santé grand public, laboratoire pharmaceutique situé à Marly-le-Roi (Yvelines), issu de la fusion entre Smithkline Beecham et Glaxo Welcome.

?Le coaching ne m'a pas apporté de recettes, mais j'ai compris pourquoi mes émotions me bloquaient.?

DÉCRYPTAGE

. Contexte A la fin 2000, Philippe, alors chargé du trade marketing de la branche pharmacie, se voit proposer un poste de directeur des ventes avec une équipe de 60 collaborateurs à diriger.
. Enjeu C'est pour faciliter son changement de casquette d'expert à manager que sa direction propose à Philippe huit séances de coaching étalées sur cinq mois.
. Résultat Cet accompagnement a permis à Philippe d'améliorer les comportements qui auraient pu le gêner en tant que manager : trac en public, stress, difficultés à gérer «à chaud» les problèmes.



Etienne Aussedat, 50 ans
Directeur de la communication de McDonald's France.

?Grâce au coaching, j'ai appris à être plus à l'écoute de mes collaborateurs pour mieux les souder autour d'un projet.?

DÉCRYPTAGE

. Contexte Face à la crise de la « vache folle », Etienne convient qu'il n'est pas facile, chez McDonald's, de gérer de front la communication externe et le management d'une équipe composite de 15 personnes.
. Enjeu C'est pour renforcer son sens du leadership, notamment dans une logique de management de projet que la DRH a proposé à Etienne un coaching.
. Résultat Après neuf séances, Etienne constate qu'il réussit à mieux motiver ses collaborateurs ; il les briefe davantage et sait anticiper leurs problèmes.




EN SAVOIR PLUS
Adresse utile :
La Société française de coaching compte 375 membres signataires d'une charte de déontologie.
SFCoach
10, rue de Presbourg
75116 Paris
Tél. : 01-44-17-18-42

A lire :
? « Coaching d'entreprise »,
Édouard Stacke (Village mondial, 2000).
? « Le Coaching démystifié »,
Thierry Chavel (Demos, 2001).
? « Le Métier de coach »,
François Délivré (Editions d'organisation), à paraître fin mars 2002.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS