Moins de chômage, davantage de temps partiel

Partager

Moins de chômage, davantage de temps partiel



Il y a d'abord eu une première bonne nouvelle avec la création de 90000 emplois au premier semestre. Il y en a maintenant une seconde: le nombre de demandeurs d'emploi a baissé de 0,3% en juillet par rapport à juin, et même de 1% si l'on exclut les salariés qui exercent une activité réduite de plus de soixante-dix-huit heures par mois. Mais, une fois encore, cette éclaircie est à manier avec des pincettes. D'abord, les mois d'été sont peu significatifs de l'évolution du chômage. Ensuite, les licenciements économiques ont repris, et le nombre des chômeurs longue durée progresse (plus de 1,4%). Enfin, les nouvelles statistiques du chômage, qui isolent les demandeurs d'emploi exerçant une activité de plus de soixante-dix-huit heures par mois, ont le mérite de mettre en évidence l'évolution du temps partiel et des contrats précaires. Entre juin 1992 et juin 1994, le nombre de salariés employés à temps partiel ou de manière occasionnelle a fait un bond de 80%. Principale explication: l'appât des réductions de cotisations sociales patronales pour les emplois à temps partiel. Bref, la réalité du marché du travail ne se résume pas à ceux qui ont du travail et ceux qui n'en ont pas. Il faut y ajouter ceux qui disposent d'un emploi précaire et courent toujours après un contrat à temps plein à durée indéterminée.



USINE NOUVELLE - N°2469 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS