Moins de "boues rouges", les efforts d'Alteo reconnus

De nouvelles menaces semblaient peser sur l'usine d'alumine Alteo à Gardanne (Bouches-du-Rhône), célèbre pour ses "boues rouges". La commission de suivi de site laisse au contraire entendre que l'industriel s'emploie à respecter ses obligations.

Partager
Moins de

La réunion, le 3 février, de la Commission de suivi de site instituée par la Préfecture des Bouches-du-Rhône pour surveiller les rejets d'Alteo en Méditerranée semble être tombée à point nommé. Le 24 janvier, la Commission européenne avait réclamé au gouvernement d'exposer précisément les raisons qui l'ont conduit à accorder pour six ans à l'industriel une autorisation d'évacuer ses résidus liquides (les fameuses "boues rouges") dans le parc national des calanques. Elle lui demandait aussi d'exposer comment il en contrôlait la toxicité. Quelques semaines plus tôt, France Nature Environnement avait déposé un recours devant le tribunal administratif de Marseille contre cette autorisation, dans l'objectif de réduire le délai de dérogation et d'imposer à Alteo le respect absolu des valeurs limites de ses polluants (aluminium, arsenic, fer...) au prétexte qu'il avait "d'ores et déjà bénéficié de nombreuses années pour satisfaire à cette exigence". Et entre temps, la situation de l'industriel s'était invitée dans la primaire de la gauche, des candidats promettant qu'ils réclameraient la cessation de tout rejet s'ils étaient élus !

Poissons sans danger

Dans le compte-rendu des quatre heures trente de débats présidés par le préfet de région, Stéphane Bouillon, la Commission de suivi souligne les efforts de l'industriel. Alteo et les services de l’Etat ont présenté les mesures d'auto surveillance et le contenu des contrôles inopinés conduits par la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) entre septembre et décembre 2016 sur les rejets en mer. "Ces résultats respectent les valeurs limites de l'arrêté préfectoral du 28 décembre 2015 et se rapprochent des valeurs limites fixées pour 2022. Les pilotes expérimentaux montrent ainsi leur efficacité", souligne-t-elle. Grâce à ses campagnes de mesures des impacts sur la biodiversité menées depuis l'été dernier, Créocéan a pu constater la présence d'espèces sous-marines dans le canyon de Cassidaigne, la fosse dans laquelle Alteo a rejeté ses boues rouges depuis 1967.

Répondant aux représentants associatifs qui redoutaient le danger de consommer des poissons pêchés dans ces eaux, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) se montre formelle : "La consommation de ces produits de la mer n'est pas de nature à entraîner un risque sanitaire, rapportée à la part de consommation de poisson dans l'alimentation totale. L'Anses ne remet pas en cause sa recommandation de manger du poisson deux fois par semaine, quel que soit le lieu de pêche autorisé."

Aboutir avant l'échéance

En ce qui concerne le site de Mange Garri où sont entreposés les résidus de bauxite issus des filtres-presses, Alteo a présenté à la Commission de suivi un nouveau plan de surveillance pour 2017, élaboré en partenariat avec Air Paca, pour élargir les zones couvertes par les capteurs. L'Agence Régionale de Santé a fait valoir que les études épidémiologiques concluent "à l'absence de pathologie spécifique liée au site". D'autres études sont prévues sur un territoire plus étendu. Alteo reconnaît cependant des "pics accidentels" dans les retombées atmosphériques lorsque les mouvements sociaux sur le Grand Port Maritime de Marseille l'ont conduit à s'approvisionner en bauxite par camion au lieu des trains habituels.

Les éléments apportés à la connaissance de la Commission de suivi ont rapidement suscité une réaction de l'industriel. Il assure avoir franchi de nouvelles étapes dans le traitement des rejets liquides par une technologie complémentaire et reste sur son objectif de réussir sa mise en œuvre "bien avant l'échéance de 2021". Alteo se désole "des affirmations erronées, partielles et non factuelles" qui provoquent "des peurs infondées chez les riverains et habitants de la région". Le député de l'Union des Démocrates et des Ecologistes, François-Michel Lambert, est allé dans le même sens. "Démonstration est faite, assure-t-il, qu'en faisant confiance à l'entreprise mais en étant très vigilant et dans une démarche d'intelligence partagée, de collaboration, des solutions innovantes permettent de tenir dès 2017 les objectifs de 2022 sur tous les paramètres les plus critiques, hormis l'aluminium."

Jean-Christophe Barla

Sujets associés

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Spécialiste Equipements Sous Pression Nucléaires en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 22/11/2022 - CDI - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

62 - Boulogne-sur-Mer

Démolition de bâtiments et de hangars à Capécure - Port de Commerce

DATE DE REPONSE 26/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS