Moins de 4 ans après les laboratoires IPL, Eurofins veut s’offrir le français Biomnis

Le spécialiste français des analyses scientifiques Eurofins a annoncé, lundi 22 juin, la signature d’un accord d’exclusivité avec Financière Bio Alfras SAS en vue d’acquérir le groupe Biomnis pour un prix d’environ 220 millions d’euros. Une première acquisition française après la difficile intégration du lillois IPL qui n’est pas dénuée d’enjeux et qui confirme le processus de concentration du secteur des laboratoires d’analyse médicale en France.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Moins de 4 ans après les laboratoires IPL, Eurofins veut s’offrir le français Biomnis

Le fournisseur nantais de services d’analyse Eurofins Scientific, vient d’annoncer son intention d’acquérir, avec la Financière Bio Alfras, le laboratoire français Biomnis au prix de 220 millions d’euros environ. La transaction envisagée doit être finalisée au cours de l’été, sous réserve de l’aval des autorités réglementaires et de la consultation des instances représentatives du personnel.

Eurofins Scientific se positionne comme le leader mondial sur les marchés de l'analyse des produits agro-alimentaires et pharmaceutiques. Si la transaction envisagée devait être définitivement conclue, l'entrée de Biomnis au sein du réseau Eurofins "conforterait l'offre du Groupe dans le domaine des services génomiques et pharmaceutiques et permettrait de consolider sa présence croissante dans le secteur des tests de diagnostic spécialisés, après l'acquisition de ViraCor, Boston Heart et Diatherix aux États-Unis", explique Eurofins dans son communiqué. Par ailleurs, cette nouvelle acquisition permettrait au groupe de renforcer son implantation en Europe et sa position en France en complément de sa prise de participation dans la société Bio-Access.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une opération sous surveillance après l’acquisition des laboratoires IPL

Depuis sa création en 1987, la petite start-up nantaise spécialisée dans les services d’analyse n’a fait que grossir. Son secret : racheter des laboratoires non profitables pour les redresser en un temps record. Tous les cinq ans environ, le groupe a doublé son chiffre d'affaires, en s’appuyant notamment sur une forte croissance externe dans ses trois marchés (agroalimentaire, pharmacie et environnement). Aujourd’hui, Eurofins Scientific représente plus de 17 000 salariés, un réseau de plus de 200 laboratoires répartis dans 36 pays et un portefeuille de plus de 130 000 méthodes d'analyse. En 2014, toutefois, le groupe a essuyé un sérieux revers suite à l’acquisition des laboratoires IPL, filiale de l’Institut Pasteur de Lille, fin 2011. Au menu, une lourde restructuration, la suppression de 420 des 745 postes d’IPL, plusieurs conflits sociaux, la chute du chiffre d’affaires de l’entité et une facture de près de 15 millions d’euros pour Eurofins Scientific…

Mais avec Biomnis, Eurofins entend bien poursuivre cette stratégie de développement qui repose, selon le groupe," sur l’élargissement permanent de son portefeuille de technologies et de sa présence géographique ". La nantaise remonte en selle en France et il n’est plus question de racheter un laboratoire en pertes, puisque Biomnis a généré un chiffre d’affaires de plus de 220 millions d’euros en 2014. Comme pour ses dernières acquisitions, les américains ViraCor-IBT et Boston Heat, Eurofins s’emparerait d’une structure profitable.

Concentration du secteur des laboratoires d’analyses médicales

Enfin, cette annonce suggère une nouvelle fois la mise en marche de la consolidation en cours de la biologie médicale en Europe, et particulièrement en France. Ainsi la société de KPMG pointait au mois de septembre dernier l’industrialisation du secteur des laboratoires d’analyses. Après Bio-Access avec Eurofins justement, Labco récemment racheté par le fonds d’investissement anglais Cinven et aujourd’hui, Biomnis, les leaders du secteur qui concentraient déjà un quart du marché, se recentrent dans encore moins de mains. L’étude de KPMG escomptait la suppression d’au-moins 400 sites au cours des trois prochaines années pour aboutir à environ 800 plateaux techniques en 2017.

Aurélie M'Bida

0 Commentaire

Moins de 4 ans après les laboratoires IPL, Eurofins veut s’offrir le français Biomnis

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS