L'Usine Matières premières

Moins d'amandes, plus de demande

Franck Stassi ,

Publié le

Alors que la production mondiale d’amandes reculerait de nouveau au terme de la campagne 2015-16, en raison des difficultés rencontrées par la Californie, qui en assure 80% des volumes, la demande rebondirait, sous l’impulsion des pays émergents.

A l’issue de la campagne 2015-16, la production mondiale d’amandes reculerait pour la deuxième année consécutive, à 1,020 million de tonnes décortiquées (-1,6% sur an an, et -4,2% par rapport à la campagne 2013-14), prévoit le département américain de l’Agriculture (USDA). Il faut remonter à la campagne 2010-11 pour retrouver un niveau de production plus faible (901 191 tonnes).

"Avec le rebond de la consommation mondiale, les stocks de clôture aux États-Unis devraient être fortement inférieurs à ceux de la campagne précédente. Les exportations mondiales, qui représentent les deux tiers de la production, devraient augmenter de 5%", explique l’organisme gouvernemental. La consommation atteindrait 1,034 million de tonnes, en hausse de 6,5% entre les campagnes 2014-15 et 2015-16, tandis que les stocks de report perdraient 39,2%, à 162 199 tonnes.

La sécheresse californienne au cœur du problème

Les Etats-Unis, qui représentent 80% de la production mondiale d’amandes, sont en première ligne. La production perdrait 4% entre les campagnes 2014-15 et 2015-16, à 816 000 tonnes. Soumise à des restrictions de l’usage de l’eau depuis près d’un an, en proie à une situation de sécheresse depuis cinq ans, la Californie représente 99% de la production américaine d’amandes. La floraison y a démarré de manière précoce, dès le début du mois de février, tandis que les températures élevées de l’été dernier avaient déjà suscité l’inquiétude des producteurs.

Ces dernières semaines, les fortes pluies survenues en Californie suite à l’impact du phénomène climatique El Niño ont néanmoins contribué à faire légèrement reculer les prix. Un agriculteur qui, l’été dernier, pouvait écouler ses livres d’amandes au tarif de 5 dollars ne perçoit actuellement que 3,10 dollars. "La demande des marchés émergents a commencé par baisser, s’avérant moins élastique au prix que prévue, et a été suivie fin 2015 par les marchés développés traditionnels", explique au Financial Times le responsable des fruits à coque du négociant Olam, Ashok Krishen.

L’Inde et la Chine semblent néanmoins avoir retrouvé de l’appétit pour ce fruit à coque : leur consommation s’apprécierait respectivement de 30,4% et de 29,8% entre les campagnes 2014-15 et 2015-16.

Franck Stassi

Vers un record mondial de production de noix

Contrairement au marché des amandes, la production mondiale de noix ne s’est jamais aussi bien portée. Elle atteindrait son record à l’issue de la campagne 2015-16, en hausse de 7,9%, à 1,9 million de tonnes. Premier producteur mondial, la Chine fournirait 1 million de tonnes de noix, en progression de 11,1%. Les Etats-Unis produiraient quant à eux 512 631 tonnes (+0,9%). L’impact de la sécheresse en Californie limite, ici aussi, les marges de manœuvre du pays.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte