Quotidien des Usines

Mobilisation chez SCA en Normandie pour protester contre les suppressions de postes

, , , ,

Publié le

L'usine de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) est à l'arrêt ce jeudi 12 mai suite à un mouvement de grève pour protester contre un plan social visant ce site et celui de Hondouville (Eure). Le groupe spécialisé dans les produits d'hygiène et d'essuyage papier comptre supprimer 200 postes.

Mobilisation chez SCA en Normandie pour protester contre les suppressions de postes © Rouy Emilie ROUY Emilie

Le site SCA de Saint-Etienne-du Rouvray (Seine-Maritime), près de Rouen, était à l'arrêt ce jeudi 12 mai. Un mouvement visant à protester contre le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) annoncé il y a deux mois lors de la présentation du plan stratégique de l'entreprise. Plan social qui concerne également l'usine de Hondouville (Eure).

Activités déficitaires et ralentissement économique

La direction évoque la suppression de 130 postes à Saint-Etienne-du-Rouvray, sur des effectifs de 260 salariés, et de 70 emplois à Hondouville, sur un total de 540 salariés, dont 320 dans la division consacrée à la fabrication des produits hygiéniques pour les professionnels, celle visée par le PSE.

"Les deux situations sont différentes, résume Marc Specque, directeur de la communication du groupe. A Saint-Etienne-du Rouvray, centrée sur la fourniture pour les MDD (marques de distributeurs), nous avons deux activités fortement déficitaires : la production de papier toilette enchevêtré, un marché de niche par rapport au papier toilette en rouleau qui représente quasiment l'intérgralité du marché, et celle de la gamme de table, nappes, assiettes et serviettes jetables"

A Hondouville, "l'activité centrée sur des clients professionnels, subit les conséquences de la crise économique notamment dans l'hôtellerie, la restauration et avec des entreprises qui réduisent de plus en plus leurs dépenses en consommables", poursuit Marc Specque, qui évoque une baisse de 28% des volumes produits sur ce site depuis 2008.

Tenter de renouer le dialogue avec les syndicats

La direction met en avant l'investissement de 7,5 millions d'euros annoncé sur ces deux sites normands pour optimiser la production et l'organisation. "Nous voulons maintenant nous mettre autour de la table avec les représentants du personnel pour aboutir à un accord sur ce PSE en limitant son impact social et le nombre de départs contraints", indique Marc Specque.

Pas sûr que la pression retombe rapidement. Alors que le groupe suédois SCA a racheté ces deux sites normands à l'américain Georgia Pacific en 2012, les syndicats redoutent en effet une fermeture totale qui interviendrait d'ici trois ans.

En 2015, l'usine SCA de Saint-Cyr-en-Val, près d'Orléans et où travaillaient 119 personnes, avait été fermée. Une partie de la production avait d'ailleurs été relocalisée sur le site de Saint-Etienne-du-Rouvray, qui ne souhaite donc pas aujourd'hui connaître le même sort.

Propriétaire des marques Lotus, Okay, Nana, Tena ou encore Demak Up, le géant suédois des produits papiers d'hygiène emploie 44 000 personnes dans le monde, dont 2 550 en France. En 2015, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 11%, à 12,4 milliards d'euros, avec un bénéfice net à 750 millions d'euros.

Julien Bonnet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte