Electronique

Mobiles: les Français ont réduit de 3% leurs dépenses en 2009

Publié le

Entretien Selon une étude de l'Idate réalisée pour le compte de l'Association française des opérateurs mobiles (Afom), les Français ont diminué de 3% leurs dépenses de téléphonie mobile en 2009. Ils privilégient de plus en plus les SMS, au détriment des appels mobiles, plus coûteux. Entretien avec Jean-Marie Danjou, délégué général de l'Afom.

Mobiles: les Français ont réduit de 3% leurs dépenses en 2009
Jean-Marie Danjou, délégué général de l'Afom
© DR

Crise oblige, les études mensuelles de conjoncture de l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) font état d'une détérioration régulière du moral des ménages français, qui sont inquiets de voir baisser leur niveau de vie. Les dépenses des foyers en produits manufacturés s'en ressentent. Le budget qu'ils allouent à la téléphonie mobile aussi.

Usinenouvelle.com : Quelles sont les principales tendances que vous avez constatées en 2009 dans votre « observatoire économique de la téléphonie mobile » ?

Jean-Marie Danjou : En 2009 - une année de crise économique comme chacun sait - le mobile a continué de se développer en France, avec 3,5 millions d'utilisateurs supplémentaires. On note en particulier un très fort développement des smartphones : la France compte 7,3 millions de possesseurs de smartphones fin 2009. Mais, en même temps, on constate une diminution de 3% de la dépense moyenne par utilisateur [à 37,80 € TTC par mois en moyenne, contre 39 euros TTC un an plus tôt]. C'est la première fois que l'observatoire économique réalisé avec l'aide de l'Idate constate ce phénomène. Nous publions cette année la quatrième édition de cet observatoire.

Usinenouvelle.com : Comment expliquez-vous la baisse des dépenses ?

Jean-Marie Danjou : La diminution de la dépense moyenne par utilisateur résulte à la fois de l'adaptation des consommateurs et de l'adaptation des offres des opérateurs. Les Français téléphonent toujours beaucoup mais un peu moins : ils émettent en moyenne 2 heures vingt de communications vocales par mois [un chiffre en retrait de 6,3%]. Mais ils envoient surtout de plus en plus de SMS, avec les forfaits illimités, et ils accèdent de plus en plus à Internet via leur mobile [leur dépense « data » ont augmenté de 8% en 2009]. Le développement des forfaits incluant un accès à l'Internet mobile – souvent illimité – permet aux utilisateurs de faire des économies sur certains services à valeur ajoutée : les services météo, les services de renseignements... Ils y accèdent désormais directement via Internet, sans passer d'appels téléphoniques.

Usinenouvelle.com : Que pèse la téléphonie mobile dans le budget des ménages ?

Jean-Marie Danjou : L'Idate nous confirme que la part du budget des ménages consacrée aux télécoms mobiles est restée stable à 1,4%. Ce chiffre est stable depuis 2003. Mais il recouvre une diminution des prix et une augmentation des usages. En ce qui concerne les prix, pour un euro, le consommateur avait droit en 2001 à un SMS et à 3,20 minutes de communications vocales. En 2009, pour le même euro, il a quatre SMS et 40% de temps de parole en plus (4,40 minutes).

Usinenouvelle.com : Constate-t-on une même progression de la donnée chez nos voisins ?

Jean-Marie Danjou : L'étude réalisée pour l'Afom porte exclusivement sur la France. Mais on peut voir que c'est un phénomène assez large en Europe. Le développement de la donnée a été particulièrement marqué en France en 2009 : pour les opérateurs les revenus liés aux services de donnée ont augmenté de près de 20% alors que les services voix sont en retrait de 1,3%.

Usinenouvelle.com : Quel est l'effet de la baisse des dépenses moyennes sur les chiffres d'affaires des opérateurs mobiles ?

Jean-Marie Danjou : Les opérateurs ont un chiffre d'affaires consolidé qui continue à croître en 2009 mais de façon beaucoup plus limitée que les années précédentes : leur CA croît de 1,4%. Il est vrai que la situation est moins dégradée en France que dans d'autres grands pays européens, comme l'Italie [-2,5%], l'Allemagne [-3,2%] et l'Espagne [-4,3%]. Cependant, malgré le fort développement des smartphones et de l'Internet mobile, les opérateurs hexagonaux font face à une croissance très ralentie et leurs marges EBITDA ont reculé de 1,5% en 2009. Heureusement, l'impact de la crise sur cette activité est limité pour plusieurs raisons : les services mobiles sont des services de première nécessité, qui rendent la vie plus facile, et ils représentent un assez poste budgétaire assez modeste pour les consommateurs.

Usinenouvelle.com : Quelles sont vos prévisions pour 2010 ?

Jean-Marie Danjou : Nous ne faisons pas de projections. Pour le premier semestre, nous avons déjà pu constater que la tendance à la progression des SMS s'est poursuivie : au dernier trimestre 2009, on était à 110 SMS envoyés par mois et par utilisateur et l'on est arrivé à 120. A la fin 2009, nous étions en train de rattraper le Royaume-Uni, qui était jusqu'ici le champion des SMS.

Usinenouvelle.com : Outre les réductions de coûts recherchées par les abonnés, la simplicité d'envoi des SMS avec les nouveaux smartphones a-t-elle stimulé les usages ?

Jean-Marie Danjou : C'est un point que l'on souhaite étudier cette année, notamment dans l'observatoire sociétale que nous réalisons avec TNS Sofres. Le SMS permet de gagner du temps lorsqu'il s'agit de poser une petite question. Les terminaux sont aussi plus ergonomiques et facilitent les envois.

Propos recueillis par Christophe Dutheil

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte