Mistral russes : en attendant la décision de Hollande, DCNS continue le travail

Interrogé lors des universités d’été de la Défense, le patron de DCNS Hervé Guillou a expliqué que le chantier des deux Mistral russes continue alors que François Hollande a fixé à fin octobre sa prise de décision concernant la livraison des deux porte-hélicoptères. Une échéance réaffirmée par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Mistral russes : en attendant la décision de Hollande, DCNS continue le travail
Hervé Guillou, PDG de DCNS

"Moi je suis un industriel, j’exécute mes contrats", indique son patron Hervé Guillou, interrogé dans les couloirs du Palais des Congrès de Bordeaux où se tient la 12e université d’été de la Défense. "Quand le gouvernement aura des instructions à me donner, il me les donnera. En attendant, je continue à travailler, le contrat n’étant ni annulé, ni suspendu", ajoute-t-il. Ce mardi 9 septembre, le porte-hélicoptères Vladivostok et les 400 marins russes arrivés à Saint-Nazaire début juin devaient d'ailleurs effectuer les premiers essais en mer. Un test finalement reporté au 19 septembre, indique Reuters dont la source a précisé qu'un problème technique explique cette décision.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"La livraison c’est fin octobre donc la question se posera fin octobre"

Dans ce contexte tendu de crise ukrainienne et lors de son discours à ces universités d’été ce mardi, le ministre de la Défense a tenu à réaffirmer la position de la France sur ce dossier, formulée par le président de la République lors du sommet de l’OTAN le 3 septembre dernier : "recherche constante des voies de dialogue avec Moscou, mais fermeté face au comportement sur le terrain et aux oscillations de la situation diplomatique et militaire". La conclusion d’un cessez-le feu et d’une feuille de route pour initier un processus politique représente pour Jean-Yves Le Drian un signe encourageant. Mais "la fragilité est encore manifeste", a-t-il souligné.

Concernant la livraison du premier Mistal, "nous avons toujours dit que la question de l’autorisation de l’exportation se poserait au moment de la livraison. La livraison c’est fin octobre donc la question se posera fin octobre", a lancé le ministre, précisant que "ce qu’a dit le président de la République c’est que si d’aventure, à cette date-là, les conditions étaient les mêmes qu’aujourd’hui, il ne donnerait pas l’autorisation".

Julien Bonnet, à Bordeaux

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS