Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Mistral : la France et la Russie auraient trouvé un terrain d'entente pour l'annulation du contrat

, , , ,

Publié le

D'après la presse russe, Paris et Moscou se seraient entendus sur les conditions de résiliation du contrat portant sur la livraison des deux porte-hélicoptères Mistral : la France paierait près de 1,2 milliards d'euros en dédommagement.

Le feuilleton de la vente des navires de guerre Mistral à la Russie suspendue par la France lors de la crise ukrainienne toucherait-il à sa fin ? Paris et Moscou se seraient en tout cas entendus sur les conditions de l'annualtion du contrat, indique l'agence de presse russe Ria Novosti, citant un haut-responsable au Kremlin.

"Les négociations sont déjà entièrement achevées, tout a déjà été décidé - et les délais, et la somme" que la France doit verser à Moscou en dédommagement de la non-livraison des navires Mistral, a déclaré ce jeudi 30 juillet le conseiller pour la coopération militaire et technique du président russe, Vladimir Kojine. Il s'attend à une signature imminente, indiquant que l'accord de résiliation mentionnera la somme que la France devra rembourser à la Russie.

La question de la réexportation

Mais combien la France va-t-elle devoir verser pour cette annulation de contrat ? Dans un autre article, le quotidien économique russe Kommersant, rappelle le montant estimé de la facture : 1,16 milliard d'euros. Un montant que lui avait indiqué en mai dernier des sources au sein de l'armée russe : Moscou s'était alors opposé à toute revente des navires à une autre puissance étrangère avant que l'argent ne soit intégralement retourné.

Si cette note semble plutôt salée pour la France, elle est en réalité équivalente au montant estimé de l'accord signé en 2011 sous la présidence Sarkozy. Reste à savoir la faisabilité d'une réexportation des deux porte-hélicoptères conçu par DCNS spécifiquement pour l'armée russe mais, aussi et surtout l'impact de cette décision de Paris de revenir sur la signature d'un contrat pour les ventes d'armes à venir.

Julien Bonnet

 

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

06/08/2015 - 15h49 -

On accepte l'argent du Qatar, de l'Arabie Saoudite, mais
pas de la Russie ... Qui partage l'histoire de la France
depuis un millénaire ...
Paraitrait qu'il faudrait faire des économies, et qu'on
cherche partout à faire des coupes dans le budget, un million par-ci un million par là pour rembourser une dette de 2000 milliards ... Et on crache sur 1 milliard, en acceptant en plus de payer par conséquent des indemnités et oui nous nous sommes engagé à fournir ces navires aux russes...
La France se déshonore, chaque jour un peu plus.
#dégouté #amidesRusses #FranceIndependante
Répondre au commentaire
Nom profil

01/08/2015 - 16h30 -

C'est bien la décision de F. HOLLANDE de s'aligner sur les directives américaines qui a conduit finalement à l'obligation de faire ce chèque de 1,16 Mds €.
Répondre au commentaire
Nom profil

01/08/2015 - 09h09 -

La solidarite envers les pays du nord et de l'est de l'Europe (pays baltes, Finlande, Pologne) coute tres cher a la France. On n'a pas vu l'Allemagne et ces pays resilier leur contrats de fourniture de gaz. Et on a vu leur solidarite pour la Grece.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle