Missler Software prépare l'avenir

Sur fond de bons résultats, le deuxième éditeur français de CFAO annonce de nombreuses évolutions dans sa gamme et entrouvre la porte sur un futur pas si lointain.



2007 aura été une bonne année pour le deuxième éditeur français de CFAO, Missler Software. Le chiffre d'affaires a été de 27,1 millions d'euros, en hausse de 8,5 %, et de 23 % pour sa partie internationale. « En Europe ce sont les marchés allemand, autrichien et suisse qui tirent une croissance s'établissant à 33 %, les marchés américains ont connu une croissance de 30 %, alors que l'Asie a crû de 15 %, grâce notamment au Japon et la Chine. Du côté des produits, nous avons enregistré nos plus fortes croissances sur notre logiciel de FAO-Mécanique, TopSolid'Cam, ainsi que sur notre gamme destinée à la filière bois, TopSolid'Wood et TopSolid'WoodCam », précise Christian Arber, directeur général de l'éditeur.

L'exportation est, de longue date, un élément important de la stratégie de Missler Software. 65 % des licences de TopSolid sont vendues hors de France par un réseau de 80 revendeurs. Ainsi au Japon, il y a près de 4 000 licences TopSolid'Design d'installées chez 1 500 clients. Il faut ajouter à cela près de 1 000 licences TopSolid'Mold et 600 licences TopSolid'Cam. A titre de comparaison, la base installée industrielle française de TopSolid est aux alentours de 12 à 15 000 licences.

La bonne santé de Missler Software lui permet de dégager un bénéfice de 16 %. Le MBO fait en début 2006, initialement prévu sur 7 ans, pourra ainsi être clos en 2 ans seulement, tout en disposant d'une trésorerie de 6 M€.


« Si l'on regarde les chiffres disponibles sur le marché français, on s'aperçoit que Missler Software est le deuxième acteur dans les logiciels de CAO-Mécanique de "milieu de gamme" avec TopSolid'Design, derrière PTC, mais devant SolidWorks, Autodesk et UGS pour sa partie Solid Edge ».

De fait, Missler Software a vendu 800 licences industrielles en France en 2007, à 55 % dans les PME : « mais force est de constater que nous progressons aussi dans les grands comptes, où nous entrons généralement par la porte de la FAO, aux côtés de logiciels prestigieux fâchés avec l'usinage ». Les ventes de Missler Software restent en effet axées à plus de 53 % sur la FAO, contre 37 % pour la CAO et 8 % pour l'ERP, qui est en forte progression. TopSolid'ERP, ex TopSolid'Manufacturing, est maintenant en régime de croisière. Encapsulé dans l'offre TopSolid, il permet aux industriels de disposer d'un seul référentiel d'entreprise pour l'ensemble de leurs informations techniques. De plus, il permet de travailler sur prévisions pour les fabricants de composants, à la commande pour les sous-traitants ou à l'affaire pour les constructeurs de machines spéciales.

La relocalisation de l'outillage

Il est intéressant de noter que Missler Software constate un embryon de phénomène de relocalisation des activités d'outillage, qui depuis 7 ou 8 ans avaient pris le chemin de l'Europe de l'Est ou de l'Asie. « C'est dû à la fois à un problème de niveau de qualité, mais aussi aux difficultés de mise au point d'outillages par des fabricants qui se trouvent à l'autre bout du monde », constate Christian Arber.

Enfin, concernant la gestion de données techniques, Christian Arber est formel : « le PDM doit faire partie intégrante de la CAO et ne pas être une verrue rapportée. Il doit être natif et totalement transparent pour l'utilisateur, ce qui n'est malheureusement pas le cas des principales offres sur le marché. Nous entendons nous distinguer dans ce domaine ».


Côté stratégie, Missler Software entend développer ses activités sur les marchés de niche où il est déjà fortement présent, comme l'usinage Mill Turn, l'agencement de magasin qui mixte bois et tôlerie, ou encore l'intégration PDM/ERP. Il entend aussi renforcer ses positions de quasi-leader dans la conception et l'usinage des outillages. Pour cela, Missler Software veut renforcer et développer les partenariats avec les constructeurs de machines-outils, certains éditeurs d'outils métiers, et poursuivre ses actions de R&D européenne.

Des améliorations tous azimuts

Parmi les actions récentes notons l'interfaçage de TopSolid avec le logiciel de FAO de Radan dans le domaine de la tôlerie ou encore celui avec MoldFlow Plastics Adviser, qui permet une évaluation rapide de la faisabilité des pièces plastiques et de leurs moules d'injection. Ils viennent s'ajouter aux coopérations déjà existantes avec Ansys, Autoform Engineering ou le Cetim dans le domaine du calcul et de la simulation.

Cette conférence a aussi été l'occasion de présenter la gamme TopSolid 2008. Les évolutions sont nombreuses. TopSolid'Design voit ainsi se développer la notion de pièces esclaves apparue l'an dernier. Il s'agit de pouvoir isoler une pièce de l'assemblage dans lequel elle a été conçue pour la mettre en plan, en préparer l'usinage ou la gérer dans le PDM. Notons aussi l'arrivée d'un serveur de composants standard qui accélère l'insertion des composants identiques ou la mise à jour des ensembles comportant de multiples composants identiques.


Côté fabrication, TopSolid'Cam permet la réutilisation des savoir-faire de l'entreprise en appliquant une gamme existante sur une pièce totalement différente, notamment pour le tournage. Côté, bois TopSolid'Wood voit une automatisation accrue des assemblages. Côté tôlerie TopSolid'Fold et TopSolid'PunchCut voient eux aussi apparaître la notion de pièce esclave. Côté moule, TopSolid'Mold dispose d'une assistance à la création des plans de joints. Côté outillage à suivre, TopSolid'Progress voit une refonte des méthodes de calcul des efforts, et l'arrivée de fonctions avancées de calcul des étapes intermédiaires de désemboutissage.


Et cela n'est qu'un début car, même si l'on n'est pas très bavard chez Missler Software, on y évoque déjà l'arrivée d'une 7e génération de produit pour le début de l'année prochaine. Rassurez-vous, le noyau restera identique et la compatibilité sera assurée, par contre on parle d'évolutions de rupture dans de nombreux domaines, tel l'usinage par bras robotisé en FAO. A suivre donc.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.topsolid.fr

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 26 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.


NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

78 - Versailles

Prestations de gardiennage télésurveillance, sûreté, sécurité incendie et filtrage des juridictions judiciaires du ressort

DATE DE REPONSE 10/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS