L'Usine Energie

Mise en service de la nouvelle ligne à très haute tension Charleville-Mézières-Reims

,

Publié le

110 millions d'euros. C'est l'investissement réalisé par RTE (Réseau de transport d'électricité) pour la reconstruction en double circuit de la ligne électrique à 400 000 volts qui relie Charleville-Mézières (Ardennes) à Reims (Marne). Une opération qui a nécessité une déclaration d'utilité publique en mai 2014.

Mise en service de la nouvelle ligne à très haute tension Charleville-Mézières-Reims © RTE

Après trois ans de concertation puis 18 mois de travaux, la nouvelle ligne à très haute tension de 400 000 volts entre Charleville-Mézières (Ardenne) et Reims (Marne) vient d'être mise en service. Ce chantier d'envergure a nécessité 110 millions d'euros d'investissements, mobilisé 250 personnes en moyenne et abouti à l'érection par grue ou hélicoptère Super Puma de 182 nouveaux pylônes plus modernes et robustes reliés par 2 000 kilomètres de câble. Le tout sur un tracé de 78 kilomètres, passant par 31 communes et situé entre les postes électriques de Lonny, Seuil et Vesle.

Au final, cette vaste opération va permettre de tripler la capacité de transit électrique du territoire concerné (de 1 500 à 4 600 MW), d'améliorer la qualité de l'électricité et d'adapter et sécuriser le réseau à la transition énergétique en évitant les chutes de tension, les avaries et les délestages préjudiciables.

Enfin, cet équipement répond aux besoins de la première région éolienne de France (5 166 Gwk en 2015). Pilotée par RTE et les trois groupements d'intérêt économique (GIE) que l'entreprise avait mandaté sur trois tronçons (Eiffage, Omexom et Ineo Cteam), le nouvel ouvrage dessert un million d'usagers et un important tissu économique dans les Ardennes et la Marne.

Retombées locales directes du chantier

Ces deux départements ont profité des retombées locales directes du chantier. Quelque 25 millions d'euros étaient affectés à de nombreuses entreprises locales dans divers domaines : sous-traitance, fournitures d'engins, gardiennage et commerces de proximité (restauration, hébergement). Par ailleurs, la plupart des communes traversées ont profité du Plan d'accompagnement du projet.
Maintenant achevé, le chantier va se poursuivre jusqu'en 2017 par la phase de démantèlement avec le démontage de l'ancienne ligne. Soit la dépose de 1 700 tonnes d'acier qui seront recyclées et l'arasement de 1 800 tonnes de béton.

Pascal Remy

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte