Mis en cause par la Cour des comptes, le LFB ajuste sa stratégie

Le Laboratoire français du fractionnement et des biotechnologies (LFB) s’est fait épingler par la Cour des comptes dans son rapport annuel publié le 6 février. Sa réponse prend acte des critiques des Sages de la rue Cambon, notamment en proposant un plan de rupture conventionnelle collective.

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Mis en cause par la Cour des comptes, le LFB ajuste sa stratégie
La construction de la future usine du LFB à Alès devient de plus en plus hypothétique.

"Des pratiques industrielles défaillantes et une stratégie de diversification trop ambitieuse" : c’est ainsi que la Cour des comptes qualifie la gestion du Laboratoire français du fractionnement et des biotechnologies (LFB), dans son rapport annuel publié le mercredi 6 février.

Diminution de la production, défaillances sur des points charnière de la fabrication de médicaments, problèmes de gouvernance, investissements dans la R&D des biotechnologies encore sans résultats… le rapport liste les problèmes, avec pour conséquence "une perte de 152 millions d’euros représentant plus de 30 % de son chiffre d’affaires" en 2017.

Le LFB s’aligne

Dans un communiqué publié ce même mercredi 6 février, le LFB – détenu à 100% par l’Etat – présente son nouveau "projet de transformation stratégique" où il prend acte des remarques des Sages.

Le LFB envisage un projet de rupture conventionnelle collective reposant sur le volontariat pour "recentrer son portefeuille d’activités". Il envisage pour l’instant le départ de 120 personnes volontaires. Aujourd’hui, il compte environ 2 250 salariés, dont 1 800 en France déployés sur ses quatre sites industriels aux Ulis, à Lille et à Alès.

Le groupe biopharmaceutique prévoit également de se concentrer sur ses activités de cœur de métier, à savoir les médicaments issus des protéines plasmatiques, et de laisser de côté les projets de R&D sur les biotechnologies. Ce qui pose la question des 700 millions d’euros investis par l’Etat depuis 2009 pour financer ces recherches.

Actuellement présent sur 2,5 % du marché mondial des médicaments issus du plasma, et avec près de 50% des parts de marchés en France, le LFB vise "un développement international sélectif" - lire, ne pas se lancer à la conquête de nouveaux marchés. Il préfère tabler, au niveau national, sur la "maximisation du potentiel du portefeuille de médicaments existants", tout en proposant un nouveau médicament, Sevenfact.

Une usine à Arras en suspens

Cette restructuration laisse en suspens le retard pris par le projet de construction d’une nouvelle usine du LFB à Arras (Pas-de-Calais). Les coûts ont été sous-évalués et son financement "n’est plus assuré aujourd’hui en raison des difficultés financières du groupe", indiquait la Cour dans son rapport.

Lancé en 2015, le projet d'usine devait se substituer aux équipements anciens du site du LFB à Lille et permettre d’accroître les capacités de production de médicaments du laboratoire. L’Etat avait doté le projet de 230 millions d’euros dès son lancement.

Initialement prévu pour 2020, la mise en service de l’usine est pour l’instant "repoussée de 4 ans". Mais "l’apport de nouvelles ressources en capital au LFB s’impose pour mener à bien ce projet", note la Cour.

Pour la Cour des comptes, ce bilan global remet à terme "la pertinence du rôle de l'Etat comme actionnaire à 100%" en question.

0 Commentaire

Mis en cause par la Cour des comptes, le LFB ajuste sa stratégie

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

François Alu, danseur... et coach en entreprise

François Alu, danseur... et coach en entreprise

Dans le nouveau podcast Inspiration, François Alu, premier danseur de ballet de l'Opéra de Paris répond aux questions de Christophe Bys. Une interview réalisée à l'occasion...

Écouter cet épisode

L'innovation selon le patron de Valeo

L'innovation selon le patron de Valeo

Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo, était présent aux Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle. Le dirigeant du groupe français, spécialiste des systèmes...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Industrie pharmaceutique

VALVES SOUDABLES

OPS PLASTIQUE

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 30/11/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS