Mis au point par RenaultUn simulateur de véhicule électrique à essenceIl reproduit fidèlement les avantages et les inconvénients de l'électricité dans le monde automobile. Même les pannes de batteries sont simulées.

Partager

Mis au point par Renault

Un simulateur de véhicule électrique à essence

Il reproduit fidèlement les avantages et les inconvénients de l'électricité dans le monde automobile. Même les pannes de batteries sont simulées.



Programme no1. Vous êtes au volant d'un véhicule électrique, doté de 400kilos de batteries au plomb et d'un moteur de type asynchrone de 40kilowatts. Démarrage poussif malgré la pédale d'accélérateur au plancher. Toutefois, votre engin dépasse les 100km/h au terme d'une lente accélération sans à-coups. Mais à une telle vitesse, vous risquez la "panne sèche" au bout d'une quarantaine de kilomètres. Un simple bouton à tourner, et vous voici sur le programme no2. Votre véhicule dispose cette fois d'une nouvelle motorisation alimentée par des batteries au soufre-sodium. Un bon couple au démarrage vous permet de vous insérer aisément dans le trafic. Mais, à 60km/h sur le périphérique, le moteur plafonne et vous interdit tout dépassement.

LA PETITE ASTUCE

L'expérience pourrait se poursuivre au gré des 32 programmes du simulateur mis au point par Renault qui permet de tester, sur une voiture à essence, le comportement de tout véhicule électrique. Le truc: modifier la carburation d'une Clio de série à boîte automatique. Ainsi, quand le conducteur appuie sur l'accélérateur, un processeur gère l'ouverture du papillon d'admission des gaz en fonction des paramètres (puissance et type de moteur, poids du véhicule...) fixés par les différents programmes. "Cette astuce nous permet de tester une infinité de combinaisons tout en limitant le nombre de prototypes. Et de trouver le meilleur compromis (couple, autonomie, vitesse de pointe) pour la motorisation de notre futur véhicule électrique", explique Antonio Moretti, responsable du projet. Ce système simule aussi le comportement des batteries. Celles-ci se rechargent à chaque freinage. Mais elles se déchargent bien plus vite si le conducteur utilise ses feux, ses essuie-glaces ou son chauffage. "Nous voulons reproduire le plus fidèlement possible les avantages et les inconvénients de l'électricité dans le monde automobile, raconte Antonio Moretti. Même les pannes peuvent être simulées!" Ainsi, sur le tableau de bord, un voyant de charge remplace la jauge à essence. Au-dessous de 20% d'autonomie, une alarme prévient le conducteur qu'il doit faire le plein de courant. S'il passe outre, sa voiture s'arrête et ne pourra repartir qu'après avoir été branchée sur une prise électrique durant une dizaine d'heures. Enfin, au fond de la boîte à gants, se trouve une jauge d'essence afin d'éviter aux utilisateurs de ces voitures "électriques" les désagréments d'une vraie panne sèche.



USINE NOUVELLE - N°2441 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS