Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Mirage 2000 : quand l’équipe Rafale se frotte au "make in India"

Hassan Meddah , , , ,

Publié le

Reportage La France a livré aux autorités indiennes les deux premiers Mirage 2000 totalement ré-équipés. La modernisation des 49 suivants sera réalisée en Inde. Transferts technologiques, coopération industrielle... une excellente répétition pour Dassault Aviation et Thales avant le contrat Rafale.

Mirage 2000 : quand l’équipe Rafale se frotte au make in India © Dassault Aviation

Deux avions de combat de Dassault Aviation en guise d’éléments de décor pour une cérémonie sur la base militaire d’Istres (Bouches-du-Rhône), l’ambassadeur de l’Inde en France vantant l’excellence de la coopération militaro-industrielle avec l'Hexagone, le patron de Dassault Aviation, Eric Trappier, sourire aux lèvres avant de passer à la signature des contrats... La France aurait-elle vendu ses 126 Rafale aux Indiens ? Non, pas encore. Tout ce beau monde était réuni le 25 mars pour fêter un autre événement : la livraison des deux premiers Mirage 2000 rénovés destinés aux autorités indiennes. Le reste des 49 appareils de la flotte seront directement modernisés en Inde avec le support des industriels français.

 

Reportage : Thales teste la suppky-chain du Rafale pour anticiper une montée en cadence

 

En 2011, l’Inde avait décidé de remettre au goût du jour sa flotte d’appareils achetés au milieu des années 1980. Avec l’aide de Thales et de Dassault Aviation, les Mirage 2000 seront équipés de nouveaux radars, de systèmes de tirs de missile, de calculateurs de mission... Si ce n’est pas le contrat tant attendu des 126 Rafale évalué à une dizaine de milliards de dollars, il s’élève tout de même à 1,4 milliard d’euros dont 70% sous la responsabilité de Thales et 30% sous celle de Dassault.

"Une bonne mécanique contractuelle"

Ce contrat aura permis aux deux industriels français et à leurs supply-chain respectives de se frotter au "make in India". La nouvelle politique industrielle indienne impose en effet, dans le cadre des contrats militaires, qu’une majorité de la production soit réalisée sur son sol par des entreprises indiennes, ou alors en cœntreprise avec leurs partenaires industriels. Les ingénieurs indiens venus plusieurs mois en France ont ainsi participé à la définition du nouveau standard des Mirage 2000. HAL, l’industriel aéronautique incontournable du pays, sera capable au cours du contrat de démonter et remonter l’appareil, en l’équipant de sous-ensembles fabriqués par sa supply-chain.

"Ce contrat est une belle preuve de la bonne mécanique contractuelle qui existe entre l’Inde et la France, qui met en avant les savoir-faire français et le savoir-faire indien qui est capable de recevoir la technologie et de l’intégrer chez eux", a précisé Eric Trappier, lors de la cérémonie de livraison.

La sous-traitance indienne a progressé

Pour ce contrat, Thales a noué ou renforcé des partenariats avec des PME locales comme Axis, AvioHelitronics, Rangson Electronics, Centum ou Samtel. "Certaines entreprises ont été découvertes à l’occasion de ce programme. Le réseau de sous-traitance aéronautique indien a énormément progressé. Nous avons trouvé là une qualité et une compétitivité tout à fait intéressante", précise Pierre-Eric Pommellet, en charge de l’activité Rafale chez Thales.

La bonne exécution du contrat Mirage 2000 joue évidemment en faveur de l’équipe Rafale qui espère toujours conclure les négociations de ventes des 126 Rafale aux autorités indiennes. Cependant, c’est un contrat d’une tout autre dimension. "Il implique une licence [de fabrication, ndlr] pour l’appareil mais également une licence pour chacun des équipements de l’avion [...] Tout ce travail est finalisé à 95%. L’ensemble des partenaires du Rafale ont identifié leur ‘indian partner’ pour être capable de faire des licences", explique Eric Trappier. Le dirigeant de Dassault Aviation et l’ensemble de ses partenaires attendent fébrilement la prochaine visite en France du premier ministre indien, prévue le mois prochain.

Hassan Meddah, à Istres

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle