Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Mini-réacteur à fusion : Lockheed Martin se dit proche du graal nucléaire

Ludovic Dupin , , , ,

Publié le , mis à jour le 19/10/2014 À 21H25

Vidéo D’ici cinq ans, le conglomérat industriel assure pouvoir produire un mini-réacteur à fusion transportable sur camion. Le groupe y voit des applications de production d’électricité, de transport et de voyages spatiaux. Reste à savoir la part de vrai et la part de communication.

Mini-réacteur à fusion : Lockheed Martin se dit proche du graal nucléaire © Lockheed Martin

L’information est à peine croyable. Mais même si elle n’est que partiellement vraie, c’est une véritable bombe. Le plus grand conglomérat de défense et d’aérospatial américain Lockheed Martin assure produire prochainement un mini-réacteur nucléaire à fusion.

La fusion est le graal de la production d’énergie. A partir de deutérium et de tritium, cette technologie permet de produire de l’énergie en quantité quasi illimitée à très bas coût et quasiment sans déchet. En France, un réacteur expérimental de 500 MW est en construction à Cadarache. Le projet de 15 milliards de dollars réunit les efforts de l’Union européenne, l’Inde, le Japon, la Chine, la Russie, la Corée du Sud, les États-Unis et la Suisse. Iter produira son premier plasma en 2020.

Terre-Mars en un mois

Ici, la société présente un concept de mini-réacteur de 100 MW qui pourrait être transporté sur un simple camion. L’unité produirait 100 MW (de quoi alimenter une ville de 100 000 habitants) en brûlant 20 kilogrammes de matière première par an. Le groupe américain affirme qu’un prototype sera disponible d’ici cinq ans.

Le groupe liste déjà les applications possibles de sa technologie : la propulsion marine et aérienne permettant des portées planétaires, l’alimentation en énergie de villes de 50 à 100 000 habitants, fournir de l’électricité aux pays émergents, réduire de 60 % les coûts des usines de désalinisation et accélérer le voyage spatial. Le groupe affirme même que le voyage Terre-Mars passerait de six mois à un mois.

Lockheed Martin ayant avancé très peu de données techniques et n’ayant été à l’origine d’aucune publication scientifique sur le sujet, la communauté scientifique américaine se montre très sceptique sur cette annonce.

Ludovic Dupin


Réagir à cet article

13 commentaires

Nom profil

21/10/2014 - 19h56 -

@Yongho: Les Américains et les Soviétiques ont fait des avions équipés d'une centrale nucléaire miniature. Les projets ont été annulé par manque d'intérêt (trop lourd entre-autre). Mais les prototypes ont volé!
Répondre au commentaire
Nom profil

21/10/2014 - 12h56 -

J'avais oublié le nom de code/marketing pour le procédé en question: cherchez "z-machine". Avant l'expérience de l'étudiant en question, des chercheurs essayaient de faire s'effondrer un tube sur lui-même grâce à la force de Laplace (niveau terminale C de mon temps). Mais comme l'avait fait remarquer JP Petit dans une vidéo, essayez donc de rapetisser un tube de carton de facon axisymétrique: impossible. L'étudiant en question a "tout simplement" remplacé par une série de fils conducteurs en forme de tube et bingo! Et le commentaire était que les températures atteintes permettraient d'autres fusions que simplement deutérium+tritium, y compris même et surtout la transmutation des actuels déchets nucléaires en éléments inertes! Selon JP Petit peu de temps après cette découverte, ces recherches seraient passées en mode confidentiel défense. Qu'elles réapparaissent par les "skunk works" de Lockheed Martin semble dès lors moins que étonnant, presque normal... Si tout ça est exact, c'est la fin de l'ère du pétrole, et pas par manque de pétrole comme disent certains archéologues sur la fin de l'âge de pierre (qui n'a pas eu lieu par manque de pierres :). Pour ce qui me concerne, ces recherches, si elles existent, sont parmi les rares qui me font espérer un avenir pour mon espèce. Si je savais où envoyer un CV, je le ferais. Mais est ce que les Européens suivent? Aucune idée.
Répondre au commentaire
Nom profil

20/10/2014 - 16h47 -

Les laboratoires Sandia auraient donc réussi ce que JP Petit annonçait depuis quelques temps ? On risque de ne pas vouloir y croire en France.
Répondre au commentaire
Nom profil

20/10/2014 - 14h20 -

Ok c'est bien beau .. Mais la production de Tritium n'est elle pas issue de la fission nucléaire, donc polluante ? Donc pour avoir de la fusion, il faut faire de la fission... Quel est l’intérêt sur le plan écologique ? Il y en a pas, le seul intérêt est économique car le Tritium est un déchet de la fission. Cela va permettre surtout de monnayer ces déchets...
Répondre au commentaire
Nom profil

20/10/2014 - 12h36 -

Voir les déclaration de Jean-Pierre Petit qui indique que les Américains maîtrisent des montées en température allant certainement jusqu'à 50 milliards (50x10^9) degrés... grâce à une expérience qui n'avait rien de secret réalisée par un étudiant il y a un peu plus de 10 ans en Californie. 50 milliards de degrés c'est largement assez pour démarrer la fusion. Le problème est de le faire assez souvent/vite pour obtenir de l'énergie. Mais cette dernière partie n'est plus de la recherche fondamentale, c'est "seulement" de la technologie.
Perso, je ne sais pas si ce que pense JP Petit est fondé, mais pour ceux que ça intéresse, ça vaut le coup de jeter un oeil attentif. Peut-être qu'une multinationale d'origine européenne pourrait se lancer également?
Répondre au commentaire
Nom profil

20/10/2014 - 08h18 -

Ça dépend de la taille du camion... Plus sérieusement, cela semble un peu prématuré au niveau technologique. RV dans 5 ans pour vérifier...
Répondre au commentaire
Nom profil

19/10/2014 - 23h56 -

Effet d'annonce. Il n'y a rien de révolutionnaire dans cette annonce. Elle est juste "sensationnelle" par son écriture. Il faut comprendre, "il existe des méthodes de piegage de plasma à haute densité (facteur beta élevé, donc besoin de moins d'espace) qui marchent en théorie, on a besoin de budget, on fait un article sensationnel pour l'avoir plus facilement". Je ne dis pas que la méthode ne va pas marcher, mais dans le meilleur des cas, il faudra attendre une bonne dizaine d'années (compter un minimum de 2 ans entre chaque prototype). Ce projet a pas mal du retard sur 3 projets concurrentiels : - ITER (Fusion prévue en 2021), très prometteur car on sait que ça va marcher, la difficulté sera d'arriver à faire durer la fusion dans le temps (notamment avec la tenue dans le temps de la paroi). - Wendelstein 7-X (Essais prévus en 2015), prototype équivalent à Tore Supra pour Iter (20 années de retard, dû à un besoin de puissance informatique et de résistance des matériaux, qu'on sait faire que depuis peu de temps) - Z-Pinch (Essais prometteurs en 2012), prometteur mais impossible d'atteindre les températures requises pour la fusion (pas d'avancées depuis 2 ans). Note : Si Wendelstein est un succès, il pourra s'appuyer sur le projet Iter car ce sont des technos similaires.
Répondre au commentaire
Nom profil

19/10/2014 - 18h30 -

Ce serait une invention plus importante que celle d'internet , qui nous mènerait potentiellement vers un nouvel âge d'or ! Si vous combinez énergie de fusion et intelligence artificielle vous obtenez une productivité qui explose littéralement . Ne reste plus qu'à développer le spatial suffisamment pour avoir autant de matières premières que désiré et alors là c'est la fiesta !
Répondre au commentaire
Nom profil

19/10/2014 - 16h50 -

Tiens, ils ont réussi à faire le rétro engineering de leurs trouvailles secrètes? :-)
Si vous ne comprenez pas, ça n'a rien d'étonnant, mais les gens suffisamment informés auront compris...
Répondre au commentaire
Nom profil

19/10/2014 - 16h39 -

Bonjour, Quelle intérêt auraient ils à publier une tel annonce si ce n'est pas vrai? Il y a des choses que je ne comprends pas.
Répondre au commentaire
Nom profil

19/10/2014 - 15h55 -

encore des bobards pour faire vendre du papier , la fusion est encore très loin d'être maitrisée en laboratoire alors la mettre dans un camion ..... bobards démentis demain matin..
Répondre au commentaire
Nom profil

19/10/2014 - 15h04 -

"Le groupe liste déjà les applications possibles de sa technologie : la propulsion marine et AÉRIENNE".
Aérienne ? J’hallucine. Déjà envisager des centrales nucléaires mobiles sur camion me laisse songeur. Mais dans un avion ?
Ils sont fous ou inconscients ? Les deux ? Ou c'est un 1er avril ?
Répondre au commentaire
Nom profil

19/10/2014 - 13h51 -

Génial ! Et donc je pourrai bientôt en acheter un et faire un petit accident nucléaire chez moi ? Vivement que ces mini-réacteurs se baladent un peu partout dans la nature !
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle