Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Mieux vaut avoir une femme dans son conseil d’administration

, ,

Publié le

Selon une étude publiée par le Crédit Suisse Research Institute le 1er août, les entreprises comptant une femme au moins dans les instances de décision sont 26% plus performantes que les sociétés exclusivement masculines.

Mieux vaut avoir une femme dans son conseil d’administration © mconnors - Flickr -C.C.

Ce rapport s’appuie sur des résultats dans 2400 entreprises du monde entiers entre 2005 et 2011. Les conclusions sont claires : la présence d’une femme dans le conseil d’administration d’une entreprise a une influence sur les performances du groupe. Une tendance qui s’est accentuée depuis la crise économique de 2008. En effet, quand les conditions financières étaient bonnes, c'est-à-dire sur la période 2005 à mi-2007, la composition des conseils n'avait pas grande influence sur la performance boursière.

Les résultats d’une entreprise peuvent bondir jusqu’à 14% par an en moyenne sur six ans alors que l’administration est mixte, selon l’étude. La croissance tombe à 10% quand le conseil est masculin uniquement. L’entreprise au conseil mixte aurait un niveau d’endettement inférieur aux autres.

L’étude met aussi l’accent sur les bénéfices sociaux de la diversité du conseil, notamment sur l’équilibre dans les compétences de direction. Autre point positif : le retour sur capitaux moyen des entreprises qui comptent au moins une administratrice est de 16% sur les six dernières années, contre 12% pour celles qui n'en comptent aucune.

Encore restreint en France

Crédit Suisse explique ces données par le fait que la présence d’une femme dans le conseil montre que l’entreprise est ouverte et saine. A cela s’ajoute chez les femmes une meilleure connaissance des consommateurs et de ses habitudes, car elles sont plus habituées aux responsabilités domestiques, d’après l’étude.

En France, les progrès sont réels sur la présence de femmes dans les conseils d’administration des grands noms de l’économie et de l’industrie. Mais la loi Copé Zimmermann du 27 janvier 2011 est loin d’être appliquée. Elle prévoit un quota de 20% de femmes dans les conseils d’administration d’ici à 2014 et de 40% d’ici à 2017. En cas d’échec, les entreprises devront payer des sanctions financières.

Le rapport précise que 27 grands groupes français sur la totalité de ceux présents en Bourse ont rempli leurs obligations pour 2011. Mais en 2011, les sociétés du CAC 40 ont nommé deux fois moins de femmes aux conseils d’administration en 2012, selon le baromètre annuel de Capitalcom.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle