Mieux vaut avoir une femme dans son conseil d’administration

Selon une étude publiée par le Crédit Suisse Research Institute le 1er août, les entreprises comptant une femme au moins dans les instances de décision sont 26% plus performantes que les sociétés exclusivement masculines.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Mieux vaut avoir une femme dans son conseil d’administration

Ce rapport s’appuie sur des résultats dans 2400 entreprises du monde entiers entre 2005 et 2011. Les conclusions sont claires : la présence d’une femme dans le conseil d’administration d’une entreprise a une influence sur les performances du groupe. Une tendance qui s’est accentuée depuis la crise économique de 2008. En effet, quand les conditions financières étaient bonnes, c'est-à-dire sur la période 2005 à mi-2007, la composition des conseils n'avait pas grande influence sur la performance boursière.

Les résultats d’une entreprise peuvent bondir jusqu’à 14% par an en moyenne sur six ans alors que l’administration est mixte, selon l’étude. La croissance tombe à 10% quand le conseil est masculin uniquement. L’entreprise au conseil mixte aurait un niveau d’endettement inférieur aux autres.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L’étude met aussi l’accent sur les bénéfices sociaux de la diversité du conseil, notamment sur l’équilibre dans les compétences de direction. Autre point positif : le retour sur capitaux moyen des entreprises qui comptent au moins une administratrice est de 16% sur les six dernières années, contre 12% pour celles qui n'en comptent aucune.

Encore restreint en France

Crédit Suisse explique ces données par le fait que la présence d’une femme dans le conseil montre que l’entreprise est ouverte et saine. A cela s’ajoute chez les femmes une meilleure connaissance des consommateurs et de ses habitudes, car elles sont plus habituées aux responsabilités domestiques, d’après l’étude.

En France, les progrès sont réels sur la présence de femmes dans les conseils d’administration des grands noms de l’économie et de l’industrie. Mais la loi Copé Zimmermann du 27 janvier 2011 est loin d’être appliquée. Elle prévoit un quota de 20% de femmes dans les conseils d’administration d’ici à 2014 et de 40% d’ici à 2017. En cas d’échec, les entreprises devront payer des sanctions financières.

Le rapport précise que 27 grands groupes français sur la totalité de ceux présents en Bourse ont rempli leurs obligations pour 2011. Mais en 2011, les sociétés du CAC 40 ont nommé deux fois moins de femmes aux conseils d’administration en 2012, selon le baromètre annuel de Capitalcom.

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS