Quotidien des Usines

Microsoft n'échappera pas à une condamnation. Les ténors de la cote retrouvent le sourire. L'emploi en tête des préoccupations des ménages. Allianz retrouve la profitabilité...

, , ,

Publié le


Microsoft n'échappera pas à une condamnation. Le compromis de la dernière chance n'a pas pu être trouvé avec la Commission européenne, malgré le déplacement du PDG, Steve Ballmer en personne. La condamnation du géant du logiciel pour abus de position dominante, semble inévitable, notent La Tribune et Les Echos. Fort du soutien unanime des quinze, la semaine dernière, Mario Monti, le commissaire à la concurrence, va proposer à ses collègues des Etats membres de condamner Microsoft à une lourde amende, dont Microsoft fera appel comme pour toutes les autres actions en justice, dont il fait l'objet. Celle-ci pourrait en théorie représenter 10 %du chiffre d'affaires, mais le plus important pour la Commission est de créer un précédent qui établisse des principes clairs dans l'avenir.

Les ténors de la cote retrouvent le sourire. La plupart des sociétés du CAC 40 ont redressé leurs comptes, relèvent La Tribune et Les Echos. A part Suez, Alcatel, Cap Gemini et le nouvel arrivant Veolia, elles affichent toutes des résultats positifs. Le total dépasse les 35 milliards d'euros de bénéfices contre des pertes de 20 milliards en 2002. Après deux ans de restructurations drastiques pour digérer le ralentissement économique, et de nombreuses dépréciations d'actifs, liées à des acquisitions trop coûteuses, la rentabilité est de nouveau au rendez-vous. 2004 pourrait voir de nouveaux gains de productivité, si la parité euro-dollar et la flambée du pétrole et des matières premières ne viennent pas trop contrarier l'embellie.

L'emploi en tête des préoccupations des ménages. A la veille du scrutin qui va désigner de nouveaux conseillers régionaux, et renouveler une partie des conseillers généraux, un sondage CSA-La Tribune a tenté de cerner les enjeux qui vont motiver le vote des français. Avec respectivement 43 et 38 %, l'emploi et la sécurité arrivent largement en tête des préoccupations des sondés. Viennent ensuite avec une moyenne de 22 %, la santé, le terrorisme et l'éducation, puis autour de 15 %, l'environnement, les retraites et les inégalités sociales. La majorité semble avoir un léger avantage dans les intentions de vote. Les deux grandes inconnues restent le vote d'extrême-droite et les abstentions.

Allianz retrouve la profitabilité. Le géant européen de l'assurance affiche un bénéfice net de 1,6 milliard d'euros, contre des pertes de 1,2 milliard l'année précédente. Mais ce retour aux profits est le fruit d'éléments exceptionnels, relève La Tribune. Notamment la sortie de Beiersdorf, propriétaire de Nivea, la participation vendue au holding Tchibo, qui a générée une plus-value de 2,8 milliards d'euros. Dans l'assurance, hormis la branche dommages, les autres métiers sont encore dans le rouge et dans les activités bancaires, la filiale Dresdner Bank traîne encore une perte énorme de près de 2 milliards d'euros. Mais le groupe allemand semble ne pas vouloir la céder pour l'instant, et compte même augmenter ses parts de marchés, affirment Les Echos et le Financial Times.

Ebullition dans les écrans plats. Pour répondre à l'explosion de la demande d'écrans à cristaux liquides pour les nouvelles générations de téléviseurs, la société détenue à parité par le coréen LG et le néerlandais Philips, va investir 18 milliards d'euros, sur 10 ans, dans un complexe industriel, avec une usine de production ultramoderne et un centre de recherche entièrement dédié aux techniques LDC et TFT (cristaux liquides et transistors  à film mince.) Située à la frontière de la Corée du Nord, l'opération pourrait générer jusqu'à 25.000 emplois, indiquent Les Echos et La Tribune. La production devrait démarrer en 2006, avec principalement des grands écrans de 42 pouces. LG.Philips est numéro un mondial avec 23 % de part de marché, talonné par le coréen Samsung qui en détient 21,6 %.

Les réserves de Shell de nouveau sur le sellette. Le géant pétrolier vient d'annoncer une nouvelle baisse de ses réserves estimées, rapporte le Financial Times. La surestimation fait état de 250.000 de barils de trop en 2003, loin du déclassement de près de 4 milliards de barils, qui avait coûté sa place au PDG au début de l'année. Mais compte tenu des charges financières qu'elles devraient induire, ces révisions vont repousser la publication du rapport annuel et des résultats définitifs. L'évaluation des réserves va prendre encore plus d'un mois, tandis que le groupe anglo-néerlandais fait désormais l'objet d'enquêtes de plusieurs autorités boursières, aux Etats-Unis et en Europe.

L'industrie française encore timide face à l'obésité. Après les pouvoirs publics, l'Ania s'implique dans la lutte contre l'obésité grimpante en France. Son intervention contraste avec la discrétion de la plupart des industriels de l'alimentaire, relève le magazine LSA. Pour autant, il existe de réelles initiatives chez certains grands groupes. Les industriels doivent anticiper les attentes des consommateurs, afin d'éviter de devenir des boucs émissaires et de limiter les risques de poursuites judiciaires.

Didier RAGU

Bon week-end, à lundi !

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte