Electronique

Microsoft et Nokia alliés contre Apple et Google

, , , ,

Publié le

Nokia et Microsoft ont donné les détails d'un partenariat préssenti depuis quelques heures. Les deux géants, en difficulté sur le très envié marché des mobiles, vont associer leurs forces pour contrer les tout puissants Apple et Google. Pour le finlandais, cela passe aussi par des coupes dans la R&D et des réductions d'effectifs.

Microsoft et Nokia alliés contre Apple et Google © Nokia

Cette fois, la guerre est déclarée. Face à Apple et à Google, Nokia en chute libre avec ses deux OS mobiles et Microsoft qui décolle à peine avec son tout nouveau Windows Phone, ont décidé de riposter ensemble.

Stephen Elop, PDG de Nokia depuis l'automne a retrouvé aujourd'hui son précédent patron, Steve Ballmer, PDG de Microsoft, pour annoncer ce partenariat entre leurs deux sociétés. L'accord met clairement un point final, plus ou moins rapide, à l'avenir des deux OS mobiles du Finlandais : Symbian et Meego.

Nokia se convertit en effet à Windows Phone, désormais sa plate-forme de prédilection. Les deux géants collaboreront sur la conception et le développement de produits, sur du marketing commun et une feuille de route partagée. Des éléments qu'ils étudient depuis que les deux patrons ont évoqué l'idée du partenariat en novembre dernier.

« Nous travaillons déjà sur notre premier smartphone commun, a insisté Steve Ballmer sans plus de précision. Nous avons approché des développeurs, des fabricants de puces et des opérateurs. » Pour Stephen Elop, des smartphones sous Windows Phone devraient néanmoins arriver en volume sur le marché dès 2012.

Jouer « écosystème contre écosystème »


Méthode Coué ? Les deux nouveaux partenaires ont répété à l'envi, comme un rassurant mantra, que cet accord serait bon pour Nokia, pour Microsoft, pour les développeurs, pour les éditeurs, pour les opérateurs, pour les utilisateurs, etc. L'américain et le finlandais vont chacun se concentrer sur leurs savoir-faire pour mieux les réunir pour « créer un écosystème mobile ».

Autre mantra du jour. Finie l'ère du téléphone mobile, aujourd'hui, il s'agit de jouer « écosystème contre écosystème. » Stephen Elop l'assume. Il s'agit aussi de reconnaître la force d'Apple et de Google qui ont su créer de tels écosystèmes. Le patron de Nokia a d'ailleurs précisé qu'il avait préféré Microsoft à Google par crainte de n'être qu'un fabricant de smartphones Android parmi d'autres. « Le monde a changé. Il y avait deux grands acteurs, maintenant il y en a un troisième. »

Plus qu’une alliance, un mariage


La combinaison des deux entreprises est idéale selon les deux patrons. D'un côté, une maitrise de la conception et du design des téléphones, mais aussi un environnement de géolocolisation, par exemple. De l'autre côté, le spécialiste des OS, mais aussi un moteur de recherche, un navigateur, de la bureautique professionnelle, par exemple, et de bons atouts dans le jeu avec la Xbox et Kinect.

« Ce n'est pas un simple accord OEM,. Windows Phone devient notre plate-forme prioritaire pour les smartphones », précise Stephen Elop. L'idée n'est pas de plaquer Windows Phone sur les mobiles de Nokia, mais bien de développer un nouvel environment. Les deux ont précisé qu'il ne s'agissait ici que d'une première étape qui concernait les smartphones.

Cette alliance de long terme verra aussi des initiatives autour des téléphones d'entrée de gamme, et d'autres types de produits. Interrogé sur une éventuelle tablette, Stephen Elop a d'ailleurs rappelé que les futurs produits pouvaient aussi venir de projets que Microsoft ou Nokia avaient déjà dans leurs cartons.

Ce mariage fait deux victimes évidentes et attendues. Et en premier lieu, Meego, OS mort avant même la naissance. Même si un produit sortira bel et bien en 2011 sous ce système (il servira à tester l'intérêt des innovations qu'il intègre... ). Les ingénieurs du projet Meego sont déjà engagés dans les adaptations de Windows Phone. Ce sera aussi le cas, petit à petit, des équipes Symbian, système qui devrait être réservé aux mobiles d'entrée de gamme.

Pas de rupture sans casse sociale…

C'était d'ailleurs inévitable, pour mener à bien sa migration et redresser la barre, Nokia va conduire des changements d'organisation et des réduction d'effectifs drastiques. Il ne comptera plus que deux entités (business units) distinctes avec chacune leurs objectifs. La première sera chargée des mobiles et l'autre des objets intelligents (smart devices). Ceux-ci constituent le deuxième pilier de la nouvelle stratégie sous l'intitulé « future disruption » que l'on pourrait traduire par « rupture pour l'avenir ».

Il s'agit, sans plus de précisions, d'identifier de nouvelles opportunités de marché pour les objets connectés, ailleurs que dans la téléphonie mobile. Stephen Elop y inclut d'ailleurs une possible tablette ou un objet équivalent qui pourrait déjà être dans ses cartons ou ceux de son partenaire.

La nouvelle stratégie de Nokia comporte un dernier volet : donner accès à Internet à un milliard de personnes supplémentaires. Le finlandais compte la sur sa forte présence dans les pays émergeant auxquels ils pourraient offrir, par exemple, le paiement mobile.

…Ni réorganisation chez Nokia

L'entreprise doit aussi être plus rapide dans ces décisions, selon Stephen Elop, et réduire ses dépenses de R&D pour qu'elles soient plus efficaces. Ces mesures de réorganisation passeront aussi par une diminution des effectifs en particulier dans la R&D justement, qui se concentrera à nouveau autour des mobiles, de Windows Phone et des services. Plus de Symbian ni de Meego.

Stephen Elop a d'ailleurs tenu à rassurer les employés de Nokia dès ce matin, mais aussi les finlandais. Le pays d'origine de Nokia ne sera pas épargné par l'inévitable réorganisation de la firme. « La Finlande est notre patrie ('our home'), et elle le reste, a insisté le Canadien, avec ce « nous » qui le caractérise depuis son arrivée chez Nokia. Mais la meilleure chose que nous puissions faire pour la Finlande, c'est d'avancer. » A noter que le Finlandais se dotera d'un nouveau patron pour ses ventes américaines. Un moyen, avec l'accord avec Microsoft, de regagner la confiance des USA. Une autre faiblesse de Nokia.
 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

11/02/2011 - 20h34 -

Merci a nokia de nous aider a choisir nos futurs smartphones en s'éliminant de la course tout seul. Apple, c'est la qualité sans la liberté. Android, c'est un peu plus de liberté et un peu moins de qualité. Windows, c'est le pire en tout. Dommage, Nokia faisait du bon matos.
Répondre au commentaire
Nom profil

11/02/2011 - 17h33 -

Ou comment effectuer un des plus gros suicides industriels depuis longtemps. Il s'agit quand même d'un véritable coup d'Etat de Microsoft.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte