Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Micronora, de la machine-outil aux systèmes microfluidiques

, , ,

Publié le

Le salon bisannuel des microtechniques et de la précision se déroule du 23 au 26 septembre à Besançon. Il rassemble aussi bien des grands constructeurs de machines-outils que des PME innovantes.

Micronora, de la machine-outil aux systèmes microfluidiques © Micronora

Après une première journée calme, Micronora a attiré plus de visiteurs, le mercredi 24 septembre. Le salon international des microtechniques et de la précision se déroule tous les deux ans à Besançon et fédère les différents secteurs concernés par le travail de précision. Seul salon d’envergure dans l’Est de la France, il attire également plusieurs fabricants de machines-outils. Codem, le distributeur en France d’Okuma, montrait ainsi son dernier modèle, le centre d’usinage vertical MP-46 V.

Son bâti alourdi très rigide et sa structure avec portique pour l’attachement des broches lui procurent une grande précision, jusqu’à 2 microns en usinage. Ses qualités le destinent en priorité aux moulistes. Un peu plus loin, Tornos se distingue avec son centre d’usinage de précision SwissNano, au design particulièrement travaillé et proposé en huit couleurs différentes. Cette machine très compacte usine des barres jusqu’à 4 millimètres de diamètre et 28 millimètres de long. Si les horlogers sont ses premiers acheteurs, la SwissNano s’adresse aux industries qui ont besoin d’une précision d’usinage de 2 à 5 microns.

Un laboratoire sur carte

Micronora, c’est également la plasturgie. CG-Tech, PME de 35 personnes pour 5,1 millions d’euros de chiffre d’affaires, vient d’améliorer sa technologie de microdétail pour la réalisation d’un système de diagnostic de la taille d’une carte de visite, réalisée en moulage par injection sans ajout de filtres complémentaires. Cette carte comprend des microcanaux dans lesquels circulent un liquide et des microcuves pouvant recevoir différentes poudres, retenues par un filtre.

En passant la finesse de la grille de 15 à 7 microns, CG-Tech propose des systèmes pouvant conserver plus longtemps les produits et utiliser des poudres plus fines. Son "laboratoire sur carte" peut servir à réaliser très rapidement une analyse de sang pour diagnostiquer une maladie, réduire la dose de CF18, le produit radioactif injecté avant une scintigraphie, doser le pH de l’eau d’une piscine ou mesurer une contamination.

"De très nombreuses universités dans le monde travaillent sur les systèmes microfluidiques, explique Alain Germain, cofondateur de CG-Tec. La technologie en est un peu au stade où était Internet en 1980. On commence à imaginer l’immensité des applications possibles". Bien que réalisant 60% de son chiffre d’affaires à l’export, la PME n’a qu’une représentation aux Etats-Unis, identifiés comme le premier marché. "Nous savons qu’il faudra un jour ouvrir une usine aux Etats-Unis, reconnaît Alain Germain. Nous allons porter nos efforts sur ce pays, avant la Chine."

Patrice Desmedt

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle