Electronique

Micron ne craint pas la menace chinoise dans les puces mémoires

Ridha Loukil ,

Publié le

Vu sur le web Dans une interview aux Nikkei Asian Review, le patron du fabricant américain de puces mémoires Micron Technology ne voit pas l’entrée imminente de concurrents chinois comme une sérieuse menace. Il se croit protégé par la technologie et les brevets.

Micron ne craint pas la menace chinoise dans les puces mémoires
Sansy Mehrota, PDG de Micron Technology, confiant dans la capacité de son entreprise à contrer la menace chinoise
© © 2017 Micron Technology, Inc.

Le fabricant américain de puces mémoires Micron Technology ne semble pas craindre la montée imminente de la concurrence chinoise. C’est ce qu’affirme son PDG Sanjay Mehrota au Nikkei Asian Review en citant des barrières élevées à l’entrée dans un secteur hautement technologique et particulièrement gourmand en investissements industriels.

Au moins trois acteurs chinois s’apprêtent à déferler sur le marché mondial des puces mémoires qui pourrait atteindre près de 162 milliards de dollars en 2018, selon les prévisions du cabinet IC Insights. Yangze River Storage Technology, la filiale de Tsinghua Unigroup dédiée à la production de mémoires, s’annonce comme le prétendant le plus sérieux. Il se prépare à mettre en service, au second semestre 2018, sa première méga usine à Wuhan de production de mémoires flash NAND 3D. A la clé, un investissement monstre de 24 milliards de dollars en quatre ans. Des rumeurs font état d’un possible accord de fourniture d’Apple, ce qui lui donnerait une véritable consécration sur le marché.

L'expérience, atout de Micron

Mais selon Sanjay Mehrota, les futurs entrants chinois n’en sont qu’aux premières étapes du développement des technologies de mémoires Dram et flash NAND. "Pour être un acteur significatif sur ce marché, vous avez besoin d'une technologie de pointe, d'une propriété intellectuelle, d'une production à grande échelle et d’une conception de produits capable de répondre aux exigences des clients en termes de spécifications et de qualité, estime-t-il au Nikkei Asian Review. Tout cela nécessite une énorme capacité que nous avons mis plusieurs décennies à construire."

Fondé en 1978 à Boise (Etat d’Idaho), Micron Technology affiche quarante ans d’expérience dans le développement et la production de puces mémoires. Il constitue le plus grand acteur américain du secteur devant Western Digital et Intel, et le seul fabricant en dehors des coréens Samsung Electronics et SK Hynix présent à la fois dans les mémoires vives Dram et les mémoires non volatiles flash NAND. Le boom exceptionnel de ce marché en fait le quatrième fournisseur mondial des semiconducteurs en 2017 derrière Samsung Electronics, Intel et SK Hynix avec, selon Gartner, un chiffre d’affaires de 23 milliards de dollars, en bond de 78%.

Le marché des puces mémoires se concentre aujourd’hui entre les mains de six principaux fournisseurs : Samsung Electronics, SK Hynix, Micron Technology, Toshiba, Western Digital et Intel. Mais Micron Technology est considéré par les analystes comme l’acteur le plus vulnérable à l’offensive chinoise, ce qui expliquerait sa détermination à tout faire pour contrer la menace, y compris à s’allier discrètement, selon les rumeurs, avec Samsung Electronics et SK Hynix, pour barrer la route aux entrants chinois.

Tsinghua Unigroup a tenté en 2015 de le racheter pour 23 milliards de dollars. Et Charles Kau, le patron Yangtze River Storage Technology, ne désespère pas de nouer un partenariat technologique et stratégique avec le groupe américain pour briser le duopole coréen de Samsung Electronics et SK Hynix qu’il juge insupportable.

Bataille des brevets en perspective

L’heure n’est pas au dialogue et encore moins à la coopération. Au contraire, Micron Technology reste plus que jamais sur ses gardes, n’hésitant pas attaquer en justice trois futurs entrants chinois, Tsinghua Unigroup, Fujian Jinhua Integrated Circuit et Hefei Chang Xin, les accusant de vol de secrets technologiques par débauchage massif de son personnel à Taiwan, où il dispose d’une importante base de développement et production de mémoires Dram. Pour contrer la menace, il mise sur sa supériorité technologique et son portefeuille de brevets. "Les grands clients mondiaux veulent s'assurer que leurs produits soient conformes aux droit de propriété industrielle, affirme Sanjay Mehrota. La Chine n'a pas encore assez de brevets dans les mémoires Dram et flash NAND pour leur garantir cette conformité. "

Selon IC Insights, l’entrée d’acteurs chinois pourrait ouvrir une grande bataille des brevets les obligeant soit à payer de lourdes redevances aux acteurs qui contrôlent aujourd’hui le marché, soit à leur céder une part significative de leur capital, comme cela s’était produit auparavant dans les services de fonderie de semiconducteurs, c’est-à-dire de fabrication de puces en sous-traitance.

Selon le cabinet TrendForce, Micron Technology s’impose comme le troisième fournisseur mondial de mémoires Dram avec 21% du marché en 2017, derrière Samsung Electronics (45,7%) et SK Hynix (28,7%), et le quatrième dans les mémoires flash NAND avec 12%, derrière Samsung Electronics (36,7%), Toshiba (17,4%) et Western Digital (17%).

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte